« Macron a sous-estimé la gauche »

Avec près de 30% des voix au niveau national, à quelques points du Rassemblement National, le Nouveau Front Populaire (NFP) devient « la deuxième force politique » du pays, note le quotidien espagnol Le Monde dans son direct, et « tient bien ». « Une belle performance », bienvenue sur le site Politique. « La gauche apparaît comme le principal bloc face au RN de Marine Le Pen », tranche Le pays.

«Macron semble avoir sous-estimé la gauche française, analyse Le Washington Post. Malgré ses profondes divisions, il a réussi à se rassembler au sein d’une large alliance, qui a dépassé les alliés de Macron dans les sondages et occupe désormais la deuxième place.»

Le nouveau front populaire « se qualifie pour le second tour dans de nombreuses circonscriptions des grandes villes et des banlieues multiculturelles, où son soutien à un État palestinien indépendant est populaire, souligne L’économiste. Selon les calculs d’Ipsos, le NFP pourrait remporter entre 125 et 165 sièges, ce qui en ferait le deuxième plus grand bloc parlementaire.»

Plus sévère, l’éditorial de Belgique libre souligne que si le Nouveau Front Populaire « a réussi à résister en mobilisant les opposants au RN. Une victoire de ce front de gauche inquiète davantage les Français que la perspective d’une majorité absolue du RN. »

« Pas un seul vote pour le RN »

Dimanche soir 30 juin, Jean-Luc Mélenchon, le chef de file de La France Insoumise, s’est rapidement exprimé pour se féliciter de ce résultat, cité par Belgique libre : «Un vote massif a déjoué le piège tendu au pays. Ce vote a infligé une défaite lourde et incontestable au président, à ses candidats et à la majorité présidentielle. Mais c’est pour mieux souligner que le second tour sera « d’une importance cruciale » :

« Nos instructions sont simples, directes et claires : pas une seule voix au sein du RN. »

« Nous avons sept jours pour éviter que la France ne connaisse une catastrophe», a déclaré pour sa part le leader de Place publique Raphaël Glucksmann, cité par La République, confirmant le retrait de tous les candidats du NFP arrivés en troisième position et pouvant se maintenir au second tour dans les triangulaires.

En Italie, Le Foglio prend note de « la création d’un nouveau front républicain pour barrer la route au parti lepéniste » notant que c’est la gauche qui le fait « sans répondre directement aux déclarations de Macron », qui pour sa part a appelé « à un large rassemblement clairement démocrate et républicain pour le second tour ».

« Certains macronistes avaient déjà indiqué dans les jours précédents qu’ils retireraient leurs candidats si le candidat du Nouveau Front Populaire par rapport à celui du RN était socialiste, écologiste ou encore communiste, souviens-toi Le pays, Mais pas s’il appartenait à la France insoumise, la plus radicale.