Macron critique un RN qui s’y voit déjà

« MMais quelle arrogance ! Tout ce débat se déroule aujourd’hui comme s’ils étaient à la place », a rétorqué le président Macron aux propos de Marine Le Pen, estimant que le titre de « chef des armées » du président de la République était « honoraire ». Avant le premier tour des élections législatives, le président Macron a réaffirmé qu’il ne renoncerait à aucune de ses prérogatives, tant sur le plan militaire qu’au niveau européen, et a clairement indiqué qu’il offrirait le poste de commissaire européen à Thierry Breton. , le commissaire sortant, « en temps voulu ».

C’est un choix qui est toutefois contesté par Jordan Bardella s’il venait à devenir Premier ministre. « La proposition du commissaire européen relève de la responsabilité du gouvernement français », a déclaré le président du Rassemblement national, indiquant qu’il envisageait « des profils différents ». De son côté, Ursula von der Leyen a déjà fait savoir que, si elle était confirmée par le Parlement européen comme présidente de la Commission, elle demanderait, comme en 2019, à tous les États membres de proposer non pas un nom, mais deux noms, un homme et une femme, afin qu’elle puisse former une commission mixte paritaire.

LIRE AUSSI Elections européennes : Thierry Breton contrecarre le plan d’Ursula von der Leyen

Autrement dit, Emmanuel Macron ne pourra pas se contenter de proposer la reconduction de Thierry Breton. Et, si Jordan Bardella venait, de son côté, à arracher ce p (…) Lire la suite