malgré l’inflation, la part des Français qui donnent à des associations reste stable en 2023

Ipsos publie jeudi son 5e Baromètre de la Solidarité.

Publié


Temps de lecture : 4 min

La proportion de Français qui donnent à des associations reste stable en 2023. (JULIO PELAEZ/MAXPPP)

Malgré l’inflation, la proportion de Français qui donnent à des associations reste stable en 2023, rapporte jeudi 25 avril le 5e Baromètre des solidarités réalisé par Ipsos pour Les Apprentis d’Auteuil et dont le thème était : « Quel avenir pour les dons aux associations et fondations en 2024 dans un contexte économique morose ?

51% des Français déclarent avoir fait au moins un don en 2023 (+1 point en un an, +3 points en trois ans). Une situation jugée stable puisque 58% des personnes interrogées indiquent avoir été fortement (38%) et très fortement (20%) impactées par l’inflation au cours des deux dernières années.

Plus d’un Français de moins de 35 ans sur deux est donneur

Concernant le profil des donateurs, le Baromètre souligne que cette année encore, la part des moins de 35 ans reste importante : 56% (+1 point par rapport à l’année précédente). Un chiffre qui confirme la dynamique observée depuis quelques temps à leur place chez les donneurs (+33% de jeunes donneurs en trois ans). Malgré tout, les seniors (65 ans et plus) restent ceux qui donnent le plus : ils seront 57 % en 2023.

Le Baromètre indique également que huit Français sur 10 (81%) aux revenus très élevés (au moins 120 000 euros nets annuels au sein du foyer) déclarent avoir fait un don, une proportion record depuis la création du Baromètre en 2019. Parmi les personnes dont le ménage dispose de revenus inférieurs à 15 000 euros net par an, 43 % déclarent avoir fait au moins un don en 2023, une part en hausse de 23 % en trois ans.

Concernant le montant moyen des dons effectués, il augmente de 11,4% pour l’ensemble des Français, atteignant 371 euros par donateur. Le constat est similaire pour le montant moyen des dons aux Français aux revenus élevés, qui s’élève à 2 686 euros en 2023. Il s’agit du niveau le plus élevé enregistré depuis le début du Baromètre, dépassant le montant record de 9 %. enregistré pour 2020, au début de la crise sanitaire.

« Aide aux personnes démunies », cause privilégiée

L’envie de s’impliquer reste présente pour 2024. Parmi les principales raisons de vouloir donner davantage cette année on retrouve les besoins croissants des associations (48%), et une forte préoccupation pour l’avenir des autres ou la conscience des besoins (37%) . Parmi ceux – encore nombreux – qui envisagent de donner moins, la plupart le justifient encore par la baisse de leur pouvoir d’achat et leur inquiétude face à la hausse des prix.

Enfin, le Baromètre rapporte que pour la première fois, « santé et recherche médicale » perdent la tête du classement des causes pour lesquelles les Français envisagent de faire des dons (-1 point), laissant la place à « aide aux pauvres » ce qui devient la cause pour laquelle ils souhaitent le plus donner (38%, +6 points) cette année.

Le 5ème Baromètre Solidaire a été réalisé par Ipsos pour Les Apprentis d’Auteuil du 19 février au 5 mars 2024, via internet. Dans ce cadre, 1 000 personnes ont été interrogées, constituant un échantillon représentatif de la population française, ainsi que 500 personnes dont le revenu annuel net du foyer est supérieur à 120 000 euros (moins de 2 % du foyer fiscal).