Skip to content
Maroc, Tunisie, Arabie Saoudite… Au Qatar, la fête du football arabe


Au Qatar, les supporters arabes sont les rois de l’ambiance. Depuis le début du Mondial-2022, ils ont offert les ambiances les plus chargées du tournoi alors que les scènes de fraternisation se multiplient. Reportage dans la liesse collective à Doha.

Que les minutes ont dû sembler longues à la Belgique ! Lors de leur deuxième match de poule face au Maroc, les coéquipiers de Kevin De Bruyne se sont retrouvés piégés dans une ambiance incandescente. Chacun de leurs coups de balle s’est inévitablement soldé par des sifflets continus, tandis que chaque occasion pour les Lions de l’Atlas a fait rugir de bonheur le stade Al-Thumama de Doha, dimanche 27 novembre.

Une constante dans ce Mondial-2022. Les supporters des pays arabes qualifiés – Tunisie, Maroc, Arabie Saoudite – sont venus nombreux pour cette Coupe du monde organisée au Qatar, la première de l’histoire à se dérouler dans le monde arabe. Des travées des stades au souk Waqif du centre-ville, les supporters savourent pleinement l’événement.

« L’ambiance est incroyable, vraiment extraordinaire. On adore la façon dont le Qatar a organisé cette Coupe du monde. Tout est facile d’accès », note Amir, croisé en fin de match Belgique – Maroc. « C’est bien, mais ça reste cher », a crié un autre supporter avant de continuer à célébrer la victoire des Lions de l’Atlas.

Amir, originaire de Rabat, a voyagé en voiture depuis Dubaï, où il étudie, pour vivre la Coupe du monde au Maroc.

« Nous sommes plus bruyants que les Européens », sourit-il, encore sous l’émotion de la victoire des Lions de l’Atlas. « Nous nous sentons chez nous ici. D’ailleurs, un bon nombre d’entre nous vivent ici ou en Arabie saoudite ou aux Emirats. »


Maroc, Tunisie, Arabie Saoudite… Au Qatar, la fête du football arabe

Et les encouragements bruyants portent leurs fruits. Les équipes arabes ont l’impression d’évoluer à domicile : l’Arabie saoudite a réussi l’exploit de renverser l’Argentine de Messi (2-1) et peut revendiquer une place historique en huitièmes de finale. Le Maroc a battu les Belges, troisièmes du dernier mondial, et peut également se targuer de figurer parmi les 16 meilleurs de l’édition. Et si, pour le moment, la Tunisie reste en deçà en termes de performances sportives, ses supporters continuent d’y croire, avant le troisième match décisif face à la France.

« Ça fraternise partout »

« J’adore l’ambiance. Les gens sont accueillants, souriants. Tout est positif. Je m’attendais un peu à tout ça mais pas à ce point », savoure Adil, 25 ans. « Ça fraternise partout. Surtout les Saoudiens. Ils sont partout. Chaque fois que je prends le métro, ils me parlent. »

« Ce n’est pas qu’entre les Arabes. C’est la fête du foot de tout le monde. Les Argentins et les Mexicains sont aussi présents », note l’informaticien à Paris.

D’autres pays arabes, non qualifiés, s’invitent. Comme l’Algérie dont le drapeau est bien représenté dans la foule. Et les supporters encouragent parfois plusieurs équipes. Adil ne se contente pas d’encourager le Maroc. Il est également venu encourager l’équipe de France, même si elle dispute son troisième match contre une équipe maghrébine.

« Allez ! Venez ! Tout le monde au Souk Waqif ! Ça va être la fête jusqu’au bout de la nuit », enjoint un autre supporter marocain, ivre de la joie de la victoire.

Car, entre les matches, s’il est un lieu qui rassemble les supporters dans un esprit de communion, c’est bien le « marché debout », traduction littérale du souk Waqif, où flânent les supporters. Dans ce centre séculaire de la ville de Doha, nombreux sont ceux qui viennent déguster un repas ou un thé en terrasse. Certains fument un narguilé en regardant les passants. De temps à autre, un groupe de supporters lance une chanson pour provoquer amicalement une autre nationalité au milieu de l’encens.

« TUN-is, TUN-is, TUN-Is », entend-on près de la sculpture dorée du « Pouce » au centre du marché. « Ronaldo ! Ronaldo ! » Réponse des Portugais en route pour le match contre l’Uruguay.


Maroc, Tunisie, Arabie Saoudite… Au Qatar, la fête du football arabe
Un drapeau de l’amitié arabe sur le marché Waqif. ©Romain Houeix, France 24

La Coupe arabe organisée au Qatar en décembre 2021 avait déjà donné lieu à de belles scènes d’amitié entre supporters. Là aussi, les manifestations de fraternité arabe ne manquent pas. Ici, un Saoudien a cousu les drapeaux du Qatar, de l’Arabie Saoudite, de la Tunisie et du Maroc.

Là, deux adolescents se promènent ensemble. Mohamed est qatari. Il porte son drapeau comme une cape tout en hissant haut et fier le drapeau de l’Arabie saoudite. Son ami du même âge, saoudien, a opté pour la combinaison inverse. Les deux enfants s’amusent à danser et sont trop heureux quand quelqu’un s’intéresse à eux pour une photo, un selfie ou une interview :

« C’est une fierté d’avoir la Coupe du monde dans mon pays. On montre que tous les Arabes sont frères. C’est la fête du football arabe », crie-t-il, tandis que son ami acquiesce vigoureusement. « Nous sommes pour tous les Arabes. Lorsque le Maroc a gagné, j’avais un drapeau des Lions de l’Atlas. »


Maroc, Tunisie, Arabie Saoudite… Au Qatar, la fête du football arabe
Les deux amis arborent fièrement leurs drapeaux et leur fraternité. ©Romain Houeix, AFP

>> À lire aussi : « On fait désormais partie des grands » : au Qatar, la fierté d’organiser le monde

La délégation la plus importante est toujours celle des Saoudiens. Difficile de se promener dans Doha sans croiser au moins un maillot ou une écharpe verte du pays voisin.

« La proximité compte beaucoup. C’est facile de venir », explique l’un de leurs représentants, Mohannad, rencontré avec sa valise au souk. « Et puis on se sent chez soi. On partage la même langue et la même culture. »

Après cinq jours et un paquet de bons souvenirs dans la tête, il s’apprête à rentrer chez lui. Il se dit volontiers fier d’avoir participé à cette première Coupe du monde organisée dans le monde arabe.

« On veut bientôt la même chose à la maison », sourit-il. L’Arabie saoudite a déposé une demande conjointement avec l’Égypte et la Grèce en 2030. Réponse en 2024 lors de la 74e Congrès de la FIFA.


Maroc, Tunisie, Arabie Saoudite… Au Qatar, la fête du football arabe
Les Saoudiens, supporters vedettes de la Coupe du monde 2022. ©Romain Houeix, AFP

France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.