Mavericks (107-89) : Boston enterre Dallas et mène 1-0

Mavericks (107-89) : Boston enterre Dallas et mène 1-0

Après 6 jours d’attente (sentiment de 8 mois), la NBA est enfin de retour. Et quel retour ! Les Boston Celtics ont joué leur basket dans le sillage de Kristaps Porzingis en forme olympique, 1er tour pour les Verts, Dallas a failli ne pas exister.

2h39, Zach Zarba lance enfin l’entre-deux dans une ambiance assourdissante au TD Garden, et les fans de NBA sont aux anges. Quand Al Horford, starter surprise, envoie un énorme dunk au bout de 20 secondes, les décibels dépassent la limite autorisée. Après quelques minutes étouffantes, le bon vieux Al enchaîne avec une bombe depuis le parking et un contre sur Kyrie Irving, mais le sorcier des Mavs répond par deux tirs fous. 13-12 Dallas, temps mort, on sort de l’apnée.

Dans ce premier quart-temps, l’enjeu n’a pas empêché les deux équipes de marquer abondamment. Luka Doncic et Derrick White se répondent bien, mais le chouchou de TD Garden est Kristaps Porzingis. Le Letton entre sous une immense ovation et… il est sensationnel. 8 points en 4 minutes, des mi-distances réglées comme sur des roulettes et une défense intense et folle à dégoûter les Mavs. Avec 10 points d’avance pour les Celtics, le pivot est sur sa planète et y entraîne ses coéquipiers. L’entrée est folle. Mais quelle est la prochaine étape ??

Porzingis balance trois points, envoie deux blocs du SPACE, et Boston mène de… 17 points ?!? Ni les Mavericks ni nous n’avons compris, C’est quoi ce gâchis. Il n’était pas sûr de pouvoir jouer, son quart-temps – et les 37 points des Cs – est historique.

QUOI. UNE SÉQUENCE. 😱

Porzingis profond 3.
Bloc Porzingis.
Hauser 3.
Bloc Porzingis.

Boston mène dans le premier match sur ABC ! pic.twitter.com/4KdBGriOSd

-NBA (@NBA) 7 juin 2024

Les temps morts de Jason Kidd n’y font rien, le rouleau compresseur de Boston est parti. Mais à ce niveau-là, c’est plutôt du rouleau, c’est un bâtiment de 70 étages. L’attaque est ultra fluide, la défense est verrouillée, et Jaylen Brown met un point d’exclamation sur cette première mi-temps avec une affiche absolue. CONDAMNER.

JAYLEN BROWN MON DIEU pic.twitter.com/Jnzqz051dO

—TrashTalk (@TrashTalk_fr) 7 juin 2024

N’ayons pas peur des mots, la première mi-temps de Boston est l’une des plus maîtrisées de l’histoire des Finales NBA. Au-delà des 63 unités marquées – dont 11 à trois points – l’impression visuelle est époustouflante. Tous les tirs rentrent, le mouvement du ballon est somptueux (15 passes décisives à la pause) et Kristaps Porzingis est sublime. 18 points à 7/9 au tir, on hallucine sur le canapé quand les tirs continuent d’affluer. Il y a trop de moments forts pour tous les mettre dans ce papier.

Du côté de Dallas, c’est le chaos total. 3/13 de loin, mais surtout une animation offensive… pour les yeux. Où est le sérum physiologique ? Totalement incapables d’arrêter l’incendie, les hommes de Jason Kidd sont dévorés vivants. 21 points de retard à la pause, c’est presque sympa.

Les Dallas Mavericks retrouvent un peu de fierté, et profitent du manque d’adresse des Verts. Physiquement, grâce aux isolements de Luka Doncic, les Texans grappillent des points. Mais le Slovène (27 points en 28 minutes) commence vraiment à s’échauffer. Les sourcils de Joe Mazzulla prennent une position inhabituelle alors que ses joueurs ne parviennent pas à sortir de leur marais de maladresse (2/10 aux tirs à la sortie des vestiaires). Et puis du coup, nouveau BOMBAZO de Luka Doncic. Il ne reste que… 8 points.

Tu sens… tu sens que celui-ci fait mal ! pic.twitter.com/141UT2Lq7I

—TrashTalk (@TrashTalk_fr) 7 juin 2024

Sans perdre leur calme, les Celtics tentent de se ressaisir méthodiquement. Mais ils profitent surtout de la grosse maladresse de Kyrie Irving (6/19 avant le quatrième) et d’un Derek Lively aux douze mètres à côté de ses pompes. Après un double contre assez extraordinaire de Brown, Tatum dégaine un trois-points pour remonter à +16. L’ombre d’un étranglement historique s’éloigne.

Si la première mi-temps avait été celle d’un grand Letton, le second est signé Jaylen Brown. Dans le sillage de sa défense exemplaire, Boston marque un 14-2 et prend le large.

UN AUTRE.

Il est PARTOUT défensivement en ce moment 💪 https://t.co/rwkI5spp8o pic.twitter.com/mmFgpKOZmB

-NBA (@NBA) 7 juin 2024

Alors que Porzingis est toujours précieux, notamment au rebond, Jrue Holiday sort de sa boîte pour apporter sa contribution. Comme d’habitude, ou presque, 6 joueurs de Boston dépassent les 10 points. Luka Doncic est parfaitement pris en deux et force les tirs, les fans de Dallas comprennent que le sort de ce Game 1 est scellé.

À l’exception de la première moitié du troisième quart-temps, les Boston Celtics ont été sans faute. Les violons des hommes locaux étaient aussi accordés que ceux de la musique du générique de la finale avant le match. Derrière Brown (22 points) et Porzingis (20 points), l’effort collectif a été parfait. Du côté des Mavs, l’attaque a été cauchemardesque, en témoigne les 7 petites passes décisives (1 seulement pour Doncic !) avant l’heure des poubelles.

Round 2 dimanche soir, et Jason Kidd ferait mieux de trouver un ingrédient secret pour remobiliser ses troupes. Les Celtics ont été formidables, se montrant parfaitement à la hauteur.

Quitter la version mobile