Skip to content
Meurtre au premier degré |  Trois nouvelles accusations contre le médecin québécois Brian Nadler

La Police provinciale de l’Ontario (OPP) a déposé mercredi trois nouvelles accusations de meurtre au premier degré contre Brian Nadler, ce médecin québécois déjà accusé du même crime en lien avec un décès survenu en mars 2021 à l’Hôpital général de Hawkesbury.

Publié à 14h43

Meurtre au premier degré |  Trois nouvelles accusations contre le médecin québécois Brian Nadler

Henri Ouellette-Vézina
La presse

Plusieurs médias ontariens ont en effet rapporté la nouvelle, dès le début d’après-midi. M. Nadler, âgé d’une trentaine d’années et originaire de Dollard-des-Ormeaux, a été arrêté dans la journée de mercredi en lien avec ces trois nouvelles accusations.

En mars 2021, le Dr Nadler avait déjà été accusé de meurtre au premier degré en lien avec le décès d’Albert Poindinger, un homme de Pointe-Claire de 89 ans, survenu quelques jours plus tôt à l’Hôpital général de Hawkesbury, en Ontario. Un « certain nombre » d’autres morts suspectes faisaient alors l’objet d’enquêtes, avaient confié les autorités, sans plus avancer.

Le médecin avait été détenu pendant un certain temps l’année dernière, avant d’être libéré sous conditions en juillet 2021. A sa sortie du tribunal, l’avocat de M. Nadler avait précisé que son client clamait son innocence et qu’il entendait se défendre contre ces frais.

Selon le réseau CTV News, les trois nouvelles accusations sont liées aux décès de Claire Brière, une femme de Rigaud âgée de 80 ans, de Lorraine Lalande, une femme de Hawkesbury âgée de 79 ans et de Judith Lungulescu, 93 ans, également née dans la région de ‘Hawkesbury.

Tous les privilèges révoqués

Il faut remonter au 25 mars 2021 pour bien comprendre les origines de ce dossier. Ce soir-là, la Police provinciale de l’Ontario (OPP) avait d’abord été appelée pour se rendre à l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH), à quelques kilomètres de la frontière québécoise, en lien avec une mort suspecte. Moins de 24 heures plus tard, l’établissement confirmait alors l’interpellation du médecin, lui révoquant par la même occasion « tous ses privilèges ».

L’affaire avait provoqué des ondes de choc partout au Québec et en Ontario, notamment dans le milieu médical.

Rappelons que le Dr Brian Nadler a été réprimandé à deux reprises par le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan alors qu’il exerçait à l’hôpital St. Paul de Saskatoon. Les deux fautes professionnelles remontent à l’été 2014. Lors d’une altercation, le Dr Nadler avait appelé un collègue  » chienne », avant d’informer une autre collègue qu’il avait « voulu la gifler ». Le médecin avait également modifié le dossier médical d’un patient sans dater ni indiquer les modifications apportées.

Selon le registre de l’Ordre, cependant, l’affaire a été réglée après avoir reçu des excuses du Dr.r Nadler, qui avait promis de suivre des cours d’éthique.

Le Dr Brian Nadler est titulaire d’un permis d’exercice au Québec, mais il ne s’est jamais inscrit au tableau de l’Ordre, a confirmé l’an dernier le Collège des médecins La presse. Cependant, il a effectué des stages au Centre universitaire de santé McGill en 2012, 2013, 2016 et 2017.

Avec Léa Carrier, La presse


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.