Skip to content
Meurtre d’un père devant sa famille |  Trois ans de prison grâce à sa « réhabilitation exemplaire »

Un jeune homme impliqué dans le meurtre brutal et violent d’un père de six enfants dans le quartier Villeray a été condamné à trois ans de prison. N’eut été de sa « réhabilitation exemplaire », Tanvirul Haque aurait pourtant écopé d’une peine plus sévère compte tenu des nombreux facteurs aggravants.

Publié à 9h23

Meurtre d’un père devant sa famille |  Trois ans de prison grâce à sa « réhabilitation exemplaire »

Louis-Samuel Perron
La presse

Agressé en pleine rue par une meute de jeunes hommes, Giovanni Bucchianico a été tué devant sa famille le 20 juillet 2019. Une agression d’une « extrême violence », selon la juge Karine Giguère. Armé d’une batte de baseball, le père s’est présenté à un fête BBQ avec son fils adulte, afin de venger ce dernier, qui venait d’être battu par des jeunes. Mais les deux hommes se sont vite retrouvés débordés par leurs assaillants.

Giovanni Bucchianico a été piétiné, brutalement battu avec un bâton et poignardé à 14 reprises par Noah Pépin, condamné l’an dernier à la prison à vie. Tanvirul Haque a joué un rôle crucial dans cette attaque de groupe en faisant trébucher la victime puis en la frappant violemment au visage pour l’« étourdir ». Il a ainsi placé la victime dans une position « hautement vulnérable », selon le juge.

Si la Couronne demandait cinq ans de détention, la défense demandait à la Cour de n’infliger aucune peine de prison, une peine extrêmement clémente. Aux yeux de la défense, Tanvirul Haque a eu peur et a simplement voulu désarmer la victime ce soir-là. Demandes rejetées par le juge.

«Ces coups de poing n’étaient pas des mouvements défensifs. [Haque] non seulement maîtrisé M. Bucchianico, il l’a frappé. S’il voulait seulement mettre fin à la menace, pourquoi l’a-t-il frappé ? Pourquoi n’a-t-il pas dit à ses amis d’arrêter ? Il aurait pu intervenir pour éviter le combat. Il n’a rien fait », affirme la juge Giguère dans sa décision rendue vendredi dernier.

Preuve vidéo et descente aux enfers

Sur la vidéo de la scène – filmée par un citoyen -, on peut aussi observer Tanvirul Haque chercher sa casquette pendant le combat avant de partir « nonchalamment » vers le fête. « Cette attaque ne montre en aucun cas une personne effrayée », conclut le juge.

Parmi les circonstances aggravantes, le juge a noté les conséquences « désastreuses » de la mort de Giovanni Bucchianico sur sa famille. Rappelons que plusieurs de ses enfants ont été témoins du drame. Et l’un de ses fils a été grièvement blessé dans l’attaque. Sa veuve a également confié au tribunal sa « descente aux enfers » de ces dernières années.

Mais depuis, Tanvirul Haque a fait preuve d’une réhabilitation « convaincante », a estimé le juge. Le jeune de 22 ans s’implique dans sa mosquée et dans sa communauté pour « redonner à la société », en plus d’étudier à plein temps. Il manifeste également des remords « sincères », selon le juge. Il s’est dit « écœuré » par son comportement lors de son témoignage en décembre dernier. Ces éléments ont ainsi convaincu le juge de s’écarter de la suggestion du ministère public de cinq ans de détention.

Met Mathieu Locas représentait le procureur de la République, tandis que Met Maya Amar et M.et Laurence Lavoie a défendu l’accusé.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.