Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Mi-mandat de Valérie Plante | «Toujours passionné», malgré le gouvernement Legault

À mi-chemin de son deuxième mandat, Valérie Plante affirme avoir « toujours le feu » et être « toujours passionnée » par la gestion de Montréal, malgré ses relations souvent houleuses avec le gouvernement Legault.




Dans une interview éditoriale avec La pressele maire déplore – peut-être plus ouvertement que jamais – que le Québec gouverne trop souvent aux dépens de sa métropole.

« Au cours des dernières années, plusieurs orientations et décisions ont été prises par le gouvernement actuel qui ont un impact négatif sur la région métropolitaine », soupire-t-elle. « C’est un peu ça, mon observation. »

« Cela a un impact sur le dynamisme économique de la région métropolitaine, sur sa réputation internationale. Chaque geste seul ? Non, mais quand vous commencez à (les additionner)… »

Malgré ces frustrations, Valérie Plante a confirmé qu’elle tenterait d’obtenir un troisième mandat en 2025.

Je ne suis pas unanime, personne ne l’est, j’en suis bien conscient, mais je suis heureux que les Montréalais trouvent que Montréal change, change pour le mieux.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

« Oui, il y a beaucoup de chantiers. Mais je crois que les Montréalais comprennent que ce sera pour le mieux et que la vie sera encore plus belle après», a poursuivi M.moi Usine.

Promesses et priorités

Valérie Plante a été réélue en 2021, à une époque où la violence armée, la pandémie de COVID-19, les logements et les entraves routières étaient au centre des préoccupations. Deux ans plus tard, les cornets orange et la pénurie de logements font toujours rêver les Montréalais, mais l’itinérance et l’avenir du transport en commun sont au sommet de l’actualité.


PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Valérie Plante lors de sa réélection, en novembre 2021

Pas facile de faire le point sur les 250 engagements pris par Mmoi Planté avant le dernier vote. Certains ont clairement été atteints : la gratuité des transports en commun pour les seniors, par exemple, ou le doublement du budget lié au sans-abrisme. D’autres manquent clairement : les policiers de Montréal n’ont jamais vu la couleur des caméras corporelles dont ils devaient être équipés à partir de 2022 et le Sommet sur les chantiers n’a pas eu lieu durant les six premiers mois du mandat, mais seulement cette année.

La grande majorité des promesses se situent cependant entre ces deux extrêmes : soit elles se réalisent, soit le délai que s’était fixé Projet Montréal n’est pas encore expiré.

À tout moment, les priorités changent. Je ne dis pas cela pour me justifier. J’essaie juste d’expliquer : parfois la situation change et, forcément, il faut s’adapter.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Dans les locaux de La presseJeudi, la maire a clairement réitéré sa promesse phare de construire, protéger ou entretenir 60 000 logements abordables en 10 ans. Malgré l’apparente inefficacité de son Règlement de métropole mixte à faire aboutir de tels projets, la promesse tient, jure-t-elle. « Nous sommes complètement mobilisés, motivés », a-t-elle assuré, sans trop s’inquiéter de l’impact du ralentissement immobilier sur ces projets.

Une augmentation des sanctions imposées aux promoteurs qui préfèrent sortir le chéquier plutôt que de construire des logements sociaux, abordables ou familiaux est prévue.

En contrepartie, la maire a révélé que la nouvelle version de son règlement exclurait désormais de ces obligations les projets de moins de 20 logements, alors que la barre était fixée à 6 jusqu’à présent. « Nous avons vu dans les données que cela fonctionne davantage avec les plus grands bâtiments », a-t-elle déclaré.

« Choqué » par un ministre

Mais ces jours-ci, c’est surtout le financement des transports publics qui occupe les journées du maire. C’est en pleine entrevue éditoriale que la ministre Geneviève Guilbault a annoncé son « offre finale » pour renflouer le déficit des opérateurs. La CMM l’a rejeté vendredi.

La lune de miel entre les deux femmes les plus puissantes du Québec, à l’époque où Mmoi Guilbault a investi des dizaines de millions dans la police, semble terminé.


PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Geneviève Guilbault, ministre des Transports

« Pouvons-nous entendre le ministre dire que la mobilité durable est vraiment importante ? Parce qu’on ne l’entend pas», a affirmé Valérie Plante, qui ne supporte plus les commentaires qui remettent en question la nécessité pour tous les Québécois de contribuer au métro de Montréal. « J’ai entendu cet argument de la part d’un ministre », a-t-elle rapporté. Cela m’a choqué. »

Quand on évoque l’exemple de Saint-Constant, qui menace de retenir une partie de sa contribution à la Régie régionale des transports métropolitains, le maire est loin de condamner le geste. « Nous avancerons ensemble. Nous sommes unis », a-t-elle déclaré.

À plusieurs reprises dans son bilan des deux dernières années, la mairesse a pointé du doigt Québec pour expliquer les retards dans le respect de ses engagements. En matière de logement social, Valérie Plante s’indigne de ce qu’elle considère comme un désengagement total du gouvernement.

Pourtant, tout n’est pas sombre. Le maire considère positivement la récente conclusion d’un nouveau pacte fiscal entre le gouvernement et les communes, qui prévoit des mécanismes de dialogue réguliers.

« Traditionnellement, c’est un rapport très paternaliste du gouvernement du Québec, quel qu’il soit. La CAQ est particulièrement…», a-t-elle lancé, sans terminer sa phrase. «C’est: ‘Voici l’argent, laissez-nous tranquilles, à dans quatre ans.’ » Cette fois, il y a une véritable tentative de discussion à égalité, s’est réjouie Valérie Plante.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page