Michael Cohen, son ex-avocat, dit avoir « menti » et explique pourquoi l’ex-président n’avait pas de mail

INTERNATIONAL – Confession et détails juteux. Entendu ce lundi 13 mai à New York comme principal témoin à charge au procès de Donald Trump pour paiements cachés à la star du porno Stormy Daniels, Michael Cohen a affirmé avoir menti et intimidé au nom de l’ancien président des Etats-Unis. Avant de donner d’étonnantes explications pour justifier le fait que Trump n’a jamais eu d’adresse email.

Michael Cohen, le « pitbull » de Donald Trump, devrait être un témoin clé au procès de l’ancien président américain

L’homme de 57 ans, d’apparence nerveuse, a été interrogé par le procureur pour savoir s’il avait déjà « menti » Et « intimidé » gens, le témoin a répondu clairement à deux reprises  » Oui « . « C’est ce qu’il fallait faire pour accomplir les tâches »» a déclaré sous serment l’ancien avocat.

E-mails pouvant causer des problèmes

Il a ensuite détaillé des éléments explosifs sur la vie professionnelle de Trump, comme par exemple que ce dernier n’avait jamais utilisé ni possédé d’adresse email. Et pour cause, l’ancien locataire de la Maison Blanche a affirmé, selon ses déclarations, que le « les e-mails étaient comme des documents écrits », en d’autres termes, des preuves.

Trump » connaît trop de gens qui sont tombés parce qu’ils avaient des courriels que les procureurs peuvent utiliser dans une affaire », a poursuivi Michael Cohen, dont les propos ont été rapportés par CNN. Pour être sûre d’avoir bien compris, la procureure Susan Hoffinger lui a alors demandé de clarifier : « Tu veux dire avoir des ennuis ? « .  » Oui madame « » a répondu l’ancien acolyte de Trump.

Marcel Cohen est également revenu sur la relation particulière qu’il entretenait avec Donald Trump. Même si les deux hommes se détestent désormais, l’ex-avocat a déclaré, presque sentimentalement : « Travailler pour lui, surtout pendant ces dix années, a été une expérience extraordinaire à bien des égards. ».

« J’ai apprécié les responsabilités qui m’ont été confiées, j’ai aimé travailler avec mes collègues de la « Trump Organization » et ses enfants… C’était une grande famille « , a-t-il ajouté face au regard inquisiteur d’Eric Trump, le fils de l’ancien président américain, selon NBC News. Quant à Donald Trump, il est resté impassible avant de s’enfoncer dans son fauteuil.

Retournement de veste

Michael Cohen, surnommé le « pitbull » de Donald Trump, faisait alors partie de son entourage le plus fidèle. C’est lui qui aurait versé 130 000 dollars à l’actrice pour acheter son silence sur sa relation avec Trump, à la fin de la campagne présidentielle en 2016. L’ancien président l’aurait remboursé un an plus tard, à travers des dépenses rattrapées en « frais juridiques », dans les comptes de la holding Trump Organization, pour cacher que cet argent avait servi à étouffer un scandale.

Mais la loyauté de l’ancien avocat ne s’arrête pas là. Lorsque l’affaire fut révélée par le le journal Wall Street en 2018, Michael Cohen affirmait pour la première fois avoir payé Stormy Daniels de sa propre initiative, sans en informer son patron.

Pourtant, rattrapé par la justice quelques temps plus tard, celui qui se piquait d’être prêt «  prendre une balle pour Donald Trump », se retourna contre ce dernier, prétendant avoir agi sous ses ordres. Michael Cohen a donc plaidé coupable en 2018 de fraude fiscale, de fausses déclarations au Congrès américain et de violation des lois sur le financement des campagnes électorales. Condamné à trois ans de prison, il a passé environ un an derrière les barreaux.

Voir aussi sur HuffPost :

Lors du procès de Donald Trump, Stormy Daniels a été confronté à un contre-interrogatoire particulièrement dur

Élection présidentielle américaine : Robert Kennedy Jr souffre des séquelles d’un dangereux ver dans son cerveau

Quitter la version mobile