Miriam Adelson, la mégadonatrice israélo-américaine qui parie une fortune sur Trump

Miriam Adelson a 78 ans et vaut 30 milliards de dollars. Elle est le « cinquième femme la plus riche des Etats-Unis », récemment mis en évidence Revue new-yorkaise, et un donateur prodigue que tout politicien américain rêve de compter parmi ses partisans.

Lorsqu’elle a rencontré son défunt mari, le magnat des casinos Sheldon Adelson, à la fin des années 1980, elle était « une femme divorcée et médecin toxicomane qui a quitté Tel Aviv pour New York » après avoir remporté une bourse de recherche pour étudier les traitements de substitution à base de méthadone, rapporte le magazine new-yorkais qui a récemment consacré sa Une au mégadonateur de choc.

« Miriam Adelson a dépensé des fortunes pour soutenir l’extrême droite aux États-Unis et en Israël. Jusqu’où va-t-elle travailler pour (faire) réélire Trump ? Et qu’attend-elle en retour ? pouvait-on lire sur la couverture du magazine, qui publiait dans ses pages intérieures un long portrait d’elle très instructif.

Miriam Adelson, apprend-on, a commencé à agir de manière assez classique « modestes dons au Parti démocrate aux États-Unis au début des années 1990 », puis, petit à petit, il s’est retourné et a multiplié les dons financiers, de plus en plus généreux, au Parti républicain.

En même temps, « elle et son mari, Sheldon, ont soutenu financièrement l’ascension politique de Benjamin Netanyahu en Israël », souviens-toi Magazine New-Yorkais, qui explique que, comme pour beaucoup d’Israéliens de sa génération (Miriam Adelson est née en 1945 à Tel Aviv, en Palestine sous mandat britannique et possède la double nationalité israélienne et américaine. « La protection du peuple juif et la sécurité de l’État d’Israël font partie de ses priorités. »

Un « geyser d’argent »

En 2005, le couple Adelson a donné, à eux deux, « 500 000 dollars au président républicain George W. Bush, lors de sa deuxième investiture à la Maison Blanche. » Puis, après l’arrêt Citizens United rendu par la Cour suprême américaine en 2010, qui a assoupli les règles de financement des campagnes électorales en supprimant le plafonnement des dons individuels, la manne financière du couple Adelson a considérablement augmenté.

(…) En savoir plus sur le courrier international

Sur le même sujet :