Skip to content


La presse internationale a célébré, lundi 19 décembre, au lendemain du sacre de l’Argentine, un Lionel « Messi est enfin devenu messie » grâce à son premier titre obtenu en Coupe du monde, à 35 ans. Les éloges portant sur le septuple Ballon d’Or côtoyaient, dans de nombreux journaux, ceux attribués à la performance exceptionnelle de son camarade au Paris Saint-Germain Kylian Mbappé, « roi des buteurs » de la Coupe du monde au Qatar avec huit réalisations, dont trois en finale.

Un triplé marquant un « belle révolte »Dimanche soir, face à la domination de l’Albiceleste en première partie de match, mais un exploit pourtant jugé  » inutile  » par le quotidien espagnol El País, puisque lui seul ne pouvait empêcher la défaite de la France aux tirs au but. Sur tous les « uns », la coupe en main, c’est donc Lionel Messi qui apparaît, comparé tour à tour à son compatriote Maradona ou à Pelé. « Le 10 atteint la gloire » après « une vie de frustration et d’incompréhension mutuelle entre lui et son pays, avec deux adieux à l’équipe nationale »rappelles toi El País.

Pour la « Pulga » (la puce), c’est « le couronnement »titre le Gardien à Londres. argentin a « a planté son drapeau au sommet de l’Everest »salue aussi Les temps. Léo Messi « a mené l’Argentine au sommet avec une performance maradonienne »abonde, en Espagne, le journal sportif marque. La troisième étoile du maillot argentin est considérée partout comme l’apogée de la carrière de leur attaquant : « Leo est le roi des footballeurs »conclut El País.

Mbappé « n’a pas pu encaisser tous les penaltys français »

Enfin, la Coupe du monde au Qatar a vu l’équipe qui voulait ce titre plus que tout autre pays » récompensé, pensez Temps, en Suisse, dans son analyse. Même les médias brésiliens, dont l’équipe nationale est une rivale historique de l’Albiceleste, ont félicité la performance de leur voisin argentin. Lionel Messi est  » le meilleur  » et « profondément mérité de soulever la coupe »insiste le quotidien Ô Globoqui parle de la victoire des « frères ».

Huit ans après leur défaite en finale de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l’Argentine « sort de son coin sombre » en remportant le concours. Mais, en Italie, La Stampa ne soyez pas dupe, car « les projecteurs sont déjà prêts à se braquer sur Mbappé », observe le journal turinois. La rapidité du doublé de l’attaquant français en seconde période, peu après la 80e minute, ne laissait personne indifférent. Grâce à lui,  » nous pensions [l’équipe de France] indestructible »les soutiens Le Temps, « Hélas, il n’a pas pu encaisser tous les penaltys français »déplore le journal suisse. Pour Les temps, il n’y a pas de doute : « la scène appartient maintenant » au joueur de vingt-trois ans, décrit comme « phénomène qui ne ressemble à personne » là-bas Gazzetta dello sport.

« Comment pouvez-vous marquer quatre buts en finale de la Coupe du monde et ne pas gagner ? », me demande encore Les temps, ajoutant, contrairement au décompte officiel de la FIFA, le tir au but inscrit par l’attaquant français à son total de réalisations lors du dernier match de la compétition. En attendant les prochains exploits des deux équipes, et la prochaine édition de la Coupe du monde, le quotidien allemand Suddeutsche Zeitung juge sans appel : la performance du dimanche soir restera inscrite dans « Livres d’histoire du football ».


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.