Skip to content
Montréal |  Les petits rorquals « perdus » n’ont pas été vus depuis dimanche

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins a indiqué mardi que les deux petits rorquals aperçus dans le fleuve près de Montréal la semaine dernière n’avaient pas été vus depuis plus de 48 heures.

Publié à 15h07

Robert Michaud, de l’organisme d’aide aux mammifères marins, a déclaré mardi qu’une des baleines avait été vue pour la dernière fois dimanche matin à environ 25 kilomètres en aval du Vieux-Port de Montréal.

Le premier petit rorqual a été aperçu pour la première fois le 8 mai. Il a passé six jours aux abords de l’île Sainte-Hélène, mais n’a pas été revu depuis 18 heures samedi soir, selon l’organisme.

Cette première baleine a ensuite été rejointe par une deuxième baleine le 11 mai, toutes deux à environ 450 kilomètres en amont de leur aire de répartition habituelle.

Michaud a indiqué mardi qu’une équipe de bénévoles est toujours déployée pour surveiller ces baleines, espérant que les mammifères reviendront en aval vers le Saguenay-Saint-Laurent. Parc marin du Saint-Laurent. Cette aire marine protégée, située à l’embouchure du fjord de la rivière Saguenay, abrite des centaines d’espèces.

M. Michaud n’avait pas de très bons espoirs de retrouver les baleines encore vivantes dans une semaine si elles restaient dans la région montréalaise du fleuve Saint-Laurent, car les petits rorquals ne sont pas bien adaptés à l’eau douce.

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins invite la population à signaler toute observation de mammifères marins entre Montréal et Québec et demande aux marins d’être prudents sur le fleuve. M. Michaud rappelle qu’une des baleines avait une colonne vertébrale incurvée, très reconnaissable pour l’observateur profane.

Cette dépêche a été réalisée avec l’aide financière des Meta Exchanges et de La Presse canadienne pour les nouvelles.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.