Skip to content
« Montréal ne méprise pas les régions », dit Plante

Valérie Plante a tendu la main aux maires des plus petites villes du Québec, jeudi midi, se présentant comme « une fille de Rouyn » sans sentiment de supériorité sur les régions.

Publié à 16h55

« Montréal ne méprise pas les régions », dit Plante

Philippe Teisceira-Lessard
La presse

L’objectif : les appeler à faire front commun lors de la campagne électorale en cours afin de réclamer plus de moyens pour le monde municipal aux aspirants Premiers ministres.

«Non, Montréal ne méprise pas les régions, pas sous mon leadership», a-t-elle lancé aux participants du congrès de la Fédération québécoise des municipalités. « Je ne laisserai personne essayer de nous diviser, de nous mettre en opposition. »

Mmoi Plante a souligné qu’elle est originaire de l’Abitibi, qu’une partie de sa famille y travaille dans le secteur minier et qu’elle a aussi des racines en Gaspésie.

« Il est très important que nous formions un front commun sur les problèmes auxquels nous sommes tous confrontés, à une échelle différente », a déclaré Mme.moi Plante. « Les défis que nous rencontrons sont généralisés. Elle a notamment cité la pénurie de logements et la crise climatique comme des défis sur lesquels grandes et petites municipalités devraient s’unir.

Mi-septembre, Mmoi Plante a pris le devant de la scène avec les maires des autres grandes villes du Québec pour exiger 2 milliards de dollars par année pour l’adaptation des installations municipales aux changements climatiques. « La question de la crise climatique nous touche tous », a-t-elle déclaré à la FQM, avant d’énumérer les catastrophes naturelles qui ont touché le Québec au cours des dernières années.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.