Skip to content
Négoce d’or |  Des gouvernements fraudés pour plus de 30 millions

Les enquêteurs du Service de police de Montréal ont arrêté mardi une trentaine d’individus soupçonnés d’avoir détourné à leurs profits plus de 30 millions de taxes liées au commerce de l’or.


Selon des documents judiciaires que nous avons obtenus, cette enquête, comme on en voit rarement – appelée Prospecteur – a été lancée au printemps 2018 par les enquêteurs des produits de la criminalité du SPVM qui ont constaté l’existence d’un réseau qui aurait effectué la vente d’or impur et rachat d’or pur par l’intermédiaire de fausses bijouteries enregistrées à des candidats.

Les individus, qui graviteraient autour de deux unités familiales, auraient enregistré au moins trois bijouteries fictives, inscrits aux dossiers de taxe de vente harmonisée et ouvert des comptes bancaires.

Ils auraient transformé l’or pur en environ 90% d’or impur en y ajoutant d’autres métaux précieux.

Au Canada, l’or pur est exonéré de taxe, mais l’or impur ne l’est pas. Les suspects se seraient rendus dans une entreprise d’affinage de l’or à Toronto, auraient vendu l’or impur à bon prix, auraient perçu des taxes qu’ils n’auraient jamais payées aux gouvernements.

Avec cet argent facilement obtenu, ils auraient racheté de l’or pur pour relancer leur jeu, vendu plus d’or impur et détourné des sommes toujours plus importantes.

Les autorités estiment qu’avec l’aide de ces bijouteries fictives, les suspects ont effectué des centaines de transactions qui leur auraient rapporté des millions d’impôts non déclarés.

Évidemment, les suspects auraient choisi de vendre leur or en Ontario pour brouiller les pistes et passer sous le radar des agences du revenu du Québec et du Canada.

Les neuf individus soupçonnés d’avoir été impliqués dans cette fraude ont comparu mardi au palais de justice de Montréal : James Lykes Bui, 41 ans, Ravijeyakumar Kurukularajah, 51 ans, Alonso Arenas, 39 ans, Stanley Selvaraj, 42 ans, Balakumar Arumugam, 34 ans Prasath Gnanachandran, 44 ans, Piratheeba Sivabalan, 42 ans, Pirashantan Sivabalan, 36 ans, et Katherine Bui, 38 ans, ont été accusées de fraude gouvernementale de plus de 5 000 $, de complot et de blanchiment des produits du crime.

Ils ont été libérés dans l’attente de poursuites judiciaires moyennant des cautions variant entre 2 000 $ et 8 000 $, et en s’engageant à respecter plusieurs conditions, notamment la remise de leur passeport.

Trois autres suspects accusés d’avoir participé à la fraude étaient toujours recherchés au moment d’écrire ces lignes et un autre venait d’être arrêté.

Entre les fissures du sol

L’an dernier, le procureur général du Québec a déposé une demande civile pour confisquer – comme bien infractionnel – un immeuble de la rue Saint-Hubert à Montréal qui aurait servi à la perpétration du crime allégué.

Selon le procès obtenu par La pressele propriétaire de l’immeuble, James Bui, ses parents, deux de ses oncles et ses locataires auraient participé au stratagème frauduleux.

Le 6 novembre 2021, les enquêteurs ont fait une descente au domicile des parents de M. Bui et ont saisi, entre autres, 152 livres d’or pur et impur, 30 000 $ et une machine à compter l’argent.

La police a suspecté que le logement de l’un des locataires servait de lieu de traitement de l’or et quinze jours plus tard, elle a fouillé ses coffres-forts bancaires et l’a prévenu le lendemain.

Plus tard, les limiers ont trouvé, jetés dans une poubelle, du matériel de fonderie, des marmites à mélanger, un plat allant au four, des moules rectangulaires, des mitaines et une paire de pinces servant à la fonte des métaux. .

Deux jours plus tard, ils ont fait une descente dans l’immeuble de la rue Saint-Hubert et ont trouvé des bijoux, des montres Rolex, huit clés de coffre-fort, un appareil pour tester la qualité de l’or, plus de 18 000 $ et des boulettes d’or en fusion et de métaux précieux tombées entre les planches. .

La police a également suivi les locataires et a observé qu’ils emménageaient dans une Maserati Levante 2018 d’une valeur d’environ 100 000 $ incompatible avec leur occupation.

Ils ont également constaté qu’en 2017, le propriétaire de l’immeuble avait déposé 600 000 $ sur ses comptes bancaires, effectué deux versements totalisant 328 000 $ sur des comptes bancaires au Vietnam au nom de sa mère et qu’il avait utilisé plusieurs véhicules de luxe.

Un composant cannabique

Selon nos informations, l’enquête Prospecteur comprend également un volet cannabis dans lequel la police soupçonne que les premières sommes d’argent utilisées pour acheter de l’or provenaient de la vente illégale de marijuana par des trafiquants qui ont obtenu des certificats d’enregistrement de production à usage personnel de Santé Canada.

La police a notamment démantelé une production illégale de près de 1000 plants à Sainte-Sophie, dans les Laurentides. Sur place, ils ont trouvé quatre certificats de Santé Canada et des équipements sophistiqués nécessitant des dépenses d’électricité de 80 000 $ par année.

Ils ont également démantelé d’autres plantations illégales ailleurs dans les Laurentides.

Treize autres individus sont visés dans cette partie de l’enquête.

Avec la collaboration de Louis-Samuel Perron

Pour rejoindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, ext. 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La presse.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.