Nestlé, Sources Alma.. Les minéraliers en eaux troubles

En début d’année, l’aveu médiatique de Nestlé sur des pratiques interdites autour de l’épuration de ses eaux minérales naturelles a jeté un véritable coup de fouet.
Acik / stock.adobe.com

DÉCRYPTION – Censées être vendues en France sans intervention humaine autre que leur pompage, les eaux minérales sont soumises à la pression climatique. De quoi multiplier les défis sur le maintien de leur qualité, et les doutes sur les conditions de leur mise en bouteille.

Il y a un mois, Nestlé a été contraint de suspendre l’un de ses puits gardois à Vergèze arrosant son fameux Perrier, après une altération «  microbiologique » ponctuel depuis sa source en raison de fortes pluies. Et détruire plusieurs lots de sa marque phare «  comme précaution « . L’annonce, faite ce mercredi par la filiale française dédiée aux eaux du géant suisse, illustre, s’il en était besoin, que le département des minéraux navigue dans des eaux très agitées. Déjà pointé du doigt depuis une décennie pour ses emballages en plastique, et bousculé ces dernières semaines pour des techniques d’embouteillage anciennes et non conformes, le secteur voit se multiplier les défis autour de la pérennité de son modèle.

En début d’année, l’aveu médiatique de Nestlé concernant des pratiques interdites autour de l’épuration de ses eaux minérales naturelles a jeté un véritable coup de fouet. Déjà au cœur du cyclone en 2022 pour la contamination de son usine de pizzas surgelées Buitoni, à Caudry (Nord), le groupe Vevey…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 84% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus ?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter