Netanyahu dénonce les « hordes antisémites » sur les campus américains

« L’antisémitisme sur les campus américains n’est pas sans rappeler ce qui s’est passé dans les universités allemandes dans les années 1930. Le monde ne peut pas rester les bras croisés. »

Benjamin Netanyahou

Premier ministre israélien

Alors que les protestations contre la guerre à Gaza continuent de se multiplier sur les campus aux Etats-Unis, le Premier ministre israélien est intervenu frontalement sur ce sujet le 24 avril, allant jusqu’à comparer la situation outre-Atlantique « vers l’Allemagne nazie », comme indiqué dans le titre Le temps d’Israël.

« Ce qui se passe sur les campus universitaires américains est terrifiant. déclare-t-il dans une vidéo postée mercredi soir sur X (avec une courte introduction traduite ci-dessus). Des hordes antisémites ont envahi les principales universités. Ces gens réclament l’élimination d’Israël. Ils attaquent les étudiants juifs. Ils attaquent les enseignants juifs. Tout cela n’est pas sans rappeler ce qui s’est passé dans les universités allemandes des années 1930. C’est inacceptable, nous devons y mettre un terme et condamner ces événements, les condamner sans équivoque.»

La mention faite par le chef de l’Etat des universités allemandes « semble faire référence à des groupes d’étudiants militants pro-nazis qui, selon l’Encyclopédie multimédia de l’Holocauste, ont travaillé avec les forces de sécurité pour faire avancer le programme d’Hitler » expliquer Le New York Times.

Dans le camp républicain

« Les déclarations de Netanyahu risquent d’accentuer les divisions sur les manifestations », estime le quotidien new-yorkais.

« Ils pourraient également alimenter les élus républicains qui critiquent les manifestants et accusent les administrations universitaires et les démocrates de ne pas protéger les étudiants juifs. »

Le président républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, « Je suis allé à l’Université Columbia à New York mercredi », note le journal, où « Il a dit que le président Biden devrait agir, si nécessaire en envoyant la Garde nationale pour réprimer les manifestations, qui, selon lui, sont devenues violentes et antisémites. » Une visite tendue, au cours de laquelle il a été chahuté et hué.

La situation est particulièrement tendue à Columbia, d’autant plus que le président de l’université, Nemat Shafik, a appelé la police la semaine dernière pour démanteler un campement d’étudiants pro-palestiniens. Des tentes ont été rapidement installées sur la pelouse, et les camps se sont étendus ailleurs, notamment à l’Université de Californie du Sud (USC), où la police de Los Angeles a arrêté mercredi près de 100 étudiants, rapporte le Los Angeles Times.

« Des militants de nombreuses organisations étudiantes à l’origine des manifestations… ont déclaré qu’ils condamnaient la violence et l’antisémitisme, souviens-toi Le New York Times. Cependant, certains manifestants ont proféré des insultes et des menaces antisémites et anti-israéliennes, et des étudiants juifs ont déclaré qu’ils ne se sentaient pas en sécurité.