Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Nouvelle offre du gouvernement Legault | Le Front commun mécontent des augmentations de salaires de 12,7% en cinq ans

(Québec) Le gouvernement Legault a augmenté son offre d’augmentation salariale à 600 000 employés de l’État à 12,7 % en cinq ans. C’est insuffisant, a immédiatement répondu le front commun, qui maintient le lancement de sept jours consécutifs de grève à partir de vendredi.



Québec a décidé d’améliorer de 2,4 points de pourcentage sa précédente proposition déposée le 29 octobre. Les dirigeants syndicaux du front commun avaient qualifié de « dérisoire » et « insultante » cette proposition de 10,3% en cinq ans qui était sur la table jusqu’à présent. Ils estiment que le gouvernement n’est pas encore allé assez loin avec sa nouvelle offre et tiendront une conférence de presse jeudi à 11 heures à Québec. C’est « insuffisant », avons-nous dit La presse.

Dans sa toute première offre déposée il y a un an, le gouvernement proposait 9 % sur la même période.

A 12,7%, les augmentations de salaires correspondent aux prévisions d’inflation pour 2023 et les quatre prochaines années, estime le gouvernement.

Dans sa nouvelle proposition, la part réservée aux « offres différenciées » pour certaines catégories de travailleurs est revue à la baisse de 3% à 2,5%. Il sert, entre autres, à embaucher des assistants de classe, à augmenter la rémunération des travailleurs gagnant moins de 52 000 $ et à ajouter des primes pour combler les quarts de travail défavorables dans le secteur de la santé.

Le montant forfaitaire de 1 000 $ pour tous la première année demeure intact, ce qui représente un coût équivalent à 1,5 % de la masse salariale.

L’offre globale représenterait ainsi une augmentation de 16,7% de la masse salariale plutôt que les 14,8% annoncés dans la proposition précédente, si l’on prend en compte le calcul utilisé par le gouvernement.

Québec a présenté sa nouvelle offre salariale au front commun (CSN, FTQ, CSQ et APTS) puis aux autres syndicats (FAE, FIQ, SPGQ et SFPQ) mercredi après-midi.

« Nous sommes déterminés à trouver une solution rapidement et nous invitons les syndicats à avancer avec nous. Maintenant, le travail doit continuer aux tables», a déclaré la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, dans une déclaration écrite peu après le dépôt de l’employeur.

Quelques minutes plus tard, le front commun signale que la nouvelle offre est insuffisante.

« Alors que les prévisions d’inflation actuelles sont de 18,1 % pour cette même période, cette offre aura toujours pour effet d’appauvrir les travailleurs du secteur public », soutient-il, compte tenu de l’augmentation importante des coûts. de vie en 2022 contrairement au gouvernement. « Sans une clause garantissant la protection du pouvoir d’achat et un enrichissement permettant un rattrapage salarial, il ne sera pas possible de parvenir à un accord. »

Le front commun réclame des augmentations de salaire de l’ordre de 23%* en trois ans, une demande présentée il y a un an.

  • 2023 : Indice des prix à la consommation (IPC) +2%
  • 2024 : IPC + 3%
  • 2025 : IPC + 4%

Le front commun se réjouit néanmoins que le gouvernement ait « retiré ses attaques contre le régime des retraites ». C’est « une victoire pour les travailleurs », a-t-il déclaré.

Réunies à Laval, les déléguées syndicales de la FIQ ont rejeté à 99 % la nouvelle offre du gouvernement. La grève prévue du 11 au 14 décembre est maintenue.

*Cette estimation est basée sur les données de l’IPC pour 2022 et les prévisions pour 2023 et 2024 publiées dans l’actualisation du budget du gouvernement.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page