« On ne fait pas d’art si on ne prend pas de risques », déclare Francis Ford Coppola, qui présente « Megalopolis ».

Publié


Durée de la vidéo : 7 minutes

Festival de Cannes 2024 : Francis Ford Coppola assure que le cinéma a

Festival de Cannes 2024 : Francis Ford Coppola assure que le cinéma a « la vocation d’éclairer la vie » Festival de Cannes 2024 : Francis Ford Coppola assure que le cinéma a « la vocation d’éclairer la vie »
Festival de Cannes 2024 : Francis Ford Coppola assure que le cinéma a « vocation à éclairer la vie »
(France2)

Le réalisateur du Parrain et d’Apocalypse Now fait son grand retour au Festival de Cannes avec son premier film depuis 2011. Il a accordé une interview à France 2.

Francis Ford Coppola revient au Festival de Cannes. Le réalisateur américain de 85 ans présente Mégalopole, son premier film depuis 2011, jeudi 16 mai. Le long-métrage est en compétition pour la Palme d’Or. Invité de « 20 Heures » de France 2, l’auteur de Parrain et D’Apocalypse maintenant a défendu sa vision du 7ème art : « Je pense que le cinéma n’est pas là que pour divertir, (…) je pense qu’il a aussi vocation d’éclairer la vie »il explique.

Son nouveau film n’est pourtant pas déconnecté des progrès du monde. Avec Mégalopolequi transpose « une épopée romaine dans l’Amérique moderne »Francis Ford Coppola voulait « faire quelque chose qui serait non seulement agréable, mais qui serait un miroir pour montrer l’époque dans laquelle nous vivons et traversons. » « L’Amérique traverse les mêmes vicissitudes que Rome il y a des milliers d’années années »inquiète le cinéaste, qui aimerait « les gens comprennent que la République est précieuse ».

Si Mégalopole est l’un des films les plus attendus de l’année sur la Croisette, c’est aussi parce que sa création n’a pas été de tout repos. Le vétéran du cinéma l’a financé tout seul, sans l’aide d’Hollywood : « L’industrie du cinéma, leur métier n’est pas de faire de bons films. Quand ils font un film, il y a des règles (…) pour être sûr de gagner de l’argent et de couvrir leurs frais. Je m’en fiche de couvrir mes frais. » « On ne fait pas d’art si on ne prend pas de risques »» décide le réalisateur, qui vise sa troisième Palme d’Or.

Quitter la version mobile