Skip to content
Opinion: Le Washington Post rattrape les dangers de l’auto-conduite


Même si je suis un accro des nouvelles, j’essaie de déconnecter un peu le week-end. Pourtant, dimanche dernier, j’avais une heure à tuer et un smartphone à mes côtés, alors j’ai parcouru les gros titres de nos principaux journaux.

J’avais besoin d’une pause dans la discussion interminable de la dernière décision de la Cour suprême — n’ayez crainte, cher lecteur, car je vais garder mes réflexions là-dessus pour un exutoire plus approprié — et j’ai vu que Le Washington Post Le comité de rédaction avait pesé sur les questions d’auto-conduite.

Voici le titre, pour ceux qui ont la flemme de cliquer dessus : « Le problème avec les voitures autonomes ? Beaucoup ne conduisent pas eux-mêmes.

Et le paragraphe lede : « La National Highway Traffic Safety Administration a publié ce mois-ci un rapport sur les accidents impliquant des véhicules dotés d’une technologie automatisée. Les voitures autonomes ne sont peut-être pas vraiment le problème – le problème, ce sont les voitures qui ne le faites pas conduire eux-mêmes mais parviennent à convaincre les conducteurs qu’ils le font.

Ici, La poste plonge dans un rapport de la National Highway Transportation Safety Administration (NHTSA) sur les accidents impliquant la conduite autonome.

L’éditorial met en lumière deux choses que la plupart des journalistes automobiles crient au sens figuré depuis les toits depuis une demi-décennie (ou plus) maintenant. Premièrement, les systèmes de conduite automatisés ont des défauts. Deuxièmement, les conducteurs comptent parfois trop sur des systèmes partiellement autonomes. J’apprécie également l’article appelant Tesla, même légèrement, pour son utilisation trompeuse du terme « pilote automatique ».

Il se termine par un rappel que si la NHTSA propose des réglementations pour améliorer la technologie, il appartient aux conducteurs de se rappeler qu’en fin de compte, ce sont eux qui doivent contrôler.

Merci Wapo.

Je suis rassuré que l’un des quatre grands du pays (New York Times, Washington Post, Wall St. Journal, USA Today) journaux ont consacré une partie de sa page d’opinion — et le poids de son comité de rédaction, quoi qu’il arrive* — à un sujet qui est cher au cœur des passionnés de voitures et des observateurs de l’industrie. , mais qui touche aussi presque tout le monde. Mais je suis également consterné – la presse généraliste aurait probablement dû en parler plus tôt.

* Et cette valeur est probablement déterminée par chaque lecteur individuel, puisque certains d’entre nous accordent plus de poids aux comités de rédaction que d’autres, et même cela peut varier selon le point de vente.

C’est compréhensible dans une certaine mesure – les sections automobiles ont été décimées dans la plupart des journaux, grâce à une variété de facteurs, dont la plupart sont liés à l’économie fragile (et parfois incroyablement stupide) du secteur des médias. Il était une fois, votre journal local avait un critique automobile qui écrivait une critique chaque semaine et peut-être quelques nouvelles/articles – un critique qui pouvait éduquer ses lecteurs sur ce sujet. À tout le moins, une histoire de service de fil pourrait être reprise.

Maintenant, cependant, les médias grand public semblent encore un peu lents lorsqu’il s’agit de suivre les développements de l’industrie automobile, à moins qu’ils ne fassent l’actualité dans la section affaires – ou à moins qu’Elon Musk n’ait encore rien fait d’intéressant.

Pour être juste, ce n’est peut-être pas si mal – je vois beaucoup de couverture médiatique sur ce sujet dans des médias grand public comme WaPo, du moins de manière anecdotique. Et il est toujours possible qu’il y ait eu des articles d’opinion similaires qui m’aient échappé – je n’ai pas le temps de lire tous les articles produits sur le sujet. Cela dit, il est agréable de voir des personnes disposant d’une plate-forme influente rappeler au public que, quel que soit le type de technologie d’auto-conduite ou d’aides à la conduite avancées (ADAS) de leur voiture, ils doivent être prudents. et conduire.

TTAC a de la portée, mais nous n’avons pas WaPo atteindre.

Je ne suis pas Luddite. Je ne suis pas, en principe, nécessairement opposé à la conduite autonome ou aux fonctionnalités ADAS. Mais je crois que la vraie conduite autonome – c’est-à-dire le niveau 5 – est encore loin. Je crois aussi que même dans les voitures d’aujourd’hui, qui sont pleines de choses comme les systèmes de freinage d’urgence automatisés et les avertissements de surveillance des angles morts, le conducteur est en fin de compte en contrôle. La technologie autonome et l’ADAS peuvent être utiles dans les bonnes circonstances, mais en fin de compte, le conducteur doit conduire.

Il est donc bon de voir un média grand public diffuser le message.

Je suis moins optimiste que le public obtenir le message. Pas plus tard qu’hier, j’ai croisé un conducteur sur l’autoroute Eisenhower qui roulait trop lentement et zigzaguait. Je pensais qu’il était peut-être ivre, et bien que cela soit certainement possible, je pouvais voir qu’il accordait plus d’attention à son téléphone qu’à sa tâche pendant que je manœuvrais autour de lui.

Si nous ne pouvons pas amener les conducteurs à arrêter d’envoyer des SMS, la bataille sera difficile pour qu’ils ne deviennent pas trop dépendants de l’avertissement de collision avant.

Mais plus les médias avec des plateformes géantes poussent le message de responsabilité, mieux c’est.

[Image: Nicole Glass Photography/Shutterstock.com]

Devenez un initié TTAC. obtenir la dernière Nouveaufonctionnalités, TTAC prend, et tout ce qui arrive à Truth About Cars First en vous abonnant à notre bulletin.




zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.