Skip to content
Osez rêver d’une saison complète de foot d’hiver




Alors que les professionnels ont réussi à nous offrir une saison de foot en 2020 et 2021, chaque année semblait et se sentait nettement différente de la normale.

Cependant, vous n’avez qu’à comprendre que le deuxième niveau – dans les États touchés par le COVID – était une expérience très, très différente, même pour l’AFL.

Il y avait des saisons de football locales presque absentes à Melbourne. 2020 a été perdu et 2021 a été la moitié mais sans résolution.

Et nous nous retrouvons donc au bord de la saison 2022. Il y a deux ans, alors que la saison de cricket locale touchait à sa fin et que les premiers matchs d’entraînement de foot locaux commençaient, ce sont les pragmatiques parmi nous qui soupçonnaient que ces matchs d’entraînement pourraient être le étendue de la saison.

Une maladie respiratoire saisonnière semblait prête à se déchaîner ou à être arrêtée uniquement par une atténuation extrême. À Melbourne en 2020, nous avions les deux.

(Photo de Michael Willson/AFL Photos via Getty Images)

Et à court terme, la saison de football locale a été interrompue et les grandes finales locales de cricket de haut niveau ont été arrêtées et les honneurs ont été partagés.

En 24 mois, notre communauté est devenue presque parfaite en termes de « virulence » et « d’efficacité ». Nous avons appris à distinguer une « variante d’intérêt » d’une « variante de préoccupation ». Nous savons à quoi correspond le code « Centre for National Resilience ». J’espère que nous avons tous amélioré notre hygiène des mains.

Nous avons également une forte volonté de retour à la normale. C’est naturel.

Osons-nous en rêver ? Qu’au cours des cinq prochains mois, nos préoccupations et nos intérêts se limiteront à Christian Petracca, à Jason Horne-Francis, à une paire de Daicos et à l’attrait d’une grande finale MCG.

Osons-nous en rêver ? Les juniors du dimanche tôt le matin avec les parents qui regardent, une tasse de café dans une main, l’autre main tenant le chauffe-mains dans leur poche et des nuages ​​​​de brouillard brumeux à chaque expiration.

Osons-nous en rêver ? Les terrains boueux et le parking bondé, marcher deux pâtés de maisons pour se rendre au sol et les reprises en seconde période avec les mains encore trop froides pour fonctionner.

Mais bien sûr, nous le faisons et nous aimerons chaque minute. L’hiver, c’est footy – pas séquestré dans nos maisons.

Hélas cependant, si cette pandémie était limitée à l’Australie, nous l’aurions renversée plusieurs fois.

Ce n’est pas le cas. C’est mondial et tout peut encore arriver. Est-ce que je me prépare à la déception pour oser rêver d’une saison complète presque ininterrompue ?

Rêver de Tarryn Thomas en smokey pour le Brownlow ?



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.