Skip to content
Ottawa explore la possibilité que Postes Canada succède au Publisac

(Longueuil) Le ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, doit rencontrer prochainement les responsables de Postes Canada pour discuter d’une éventuelle distribution d’hebdomadaires locaux et régionaux par la société d’État.

Publié à 18h01

Pierre Saint Arnaud
La Presse Canadienne

De passage à Longueuil jeudi, M. Rodriguez dit suivre de près la situation des hebdomadaires régionaux depuis l’annonce, par la Ville de Montréal, lundi, de passer au modèle volontaire aussi appelé « opting in » pour le Publisac dès le Mai 2023.

Cette approche signifie que les citoyens doivent demander à recevoir le Publisac, alors qu’actuellement ils ont la possibilité de le refuser.

Cependant, comme les hebdomadaires sont distribués avec le Publisac et que la décision montréalaise risque d’être suivie par plusieurs autres municipalités, les citoyens de partout au Québec risquent de perdre l’accès à leur information locale.

Des éditeurs d’hebdomadaires reprochent à la Ville de Montréal de jeter le bébé avec l’eau du bain en voulant réduire au minimum la distribution du Publisac.

Postes Canada est la seule autre entité qui a la capacité de livrer les hebdomadaires locaux et régionaux aux portes des citoyens, mais ses tarifs sont prohibitifs, atteignant jusqu’à trois fois le prix demandé de Transcontinental, qui distribue le Publisac.

Le ministre Rodriguez reconnaît que, même si les différentes initiatives de son département pour soutenir financièrement les différents médias permettront à nombre d’entre eux de survivre, ce sera une perte de temps pour ceux qui ne pourront plus être distribués à leur lectorat.

Le ministre a rappelé que les journaux régionaux jouent un rôle fondamental pour la démocratie en étant les témoins pour les citoyens du travail de leurs élus locaux. Il précise qu’une distribution par Postes Canada est possible, mais qu’il faudra en discuter avec la société d’État.

Son prédécesseur au Patrimoine, Steven Guilbeault, s’était montré ouvert à cette proposition lorsqu’il en avait été saisi lors d’un forum présidé par l’actuelle ministre déléguée aux Sports, Pascale St-Onge, alors qu’elle était encore présidente de la Fédération nationale des communications de la CSN. L’initiative, également appuyée par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), n’a cependant jamais dépassé l’intention.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.