Skip to content
Ouragan Fiona |  Les conditions « vont devenir dangereuses » aux Îles-de-la-Madeleine

Les Îles-de-la-Madeleine en particulier, mais aussi l’est de la Gaspésie et la Basse-Côte-Nord doivent se préparer au pire, alors que l’ouragan Fiona se dirige vers ces régions et s’annonce comme l’une des tempêtes les plus violentes de l’histoire dans ces régions.

Publié à 6h51
Mis à jour à 13h57

Pierre Saint Arnaud
La Presse canadienne

Ses effets se font déjà sentir, mais la période la plus intense débutera dans la nuit de vendredi à samedi et durera jusqu’à tard samedi soir pour les Îles-de-la-Madeleine et la pointe est de la Gaspésie, afin que le plein impact sur la Basse-Côte-Nord se fera sentir du samedi matin au dimanche matin.

Les météorologues d’Environnement Canada ont fourni une mise à jour vendredi à midi, expliquant que l’ouragan se déplace lentement, ce qui aggrave ses impacts.

Conditions « dangereuses » aux Îles-de-la-Madeleine

Les Îles, qui sont en plein milieu de la trajectoire, doivent être préparées à affronter des vents de 100 à 160 kilomètres à l’heure et à recevoir 75 à 125 millimètres de pluie au total, ce qui inclut donc la pluie déjà tombée depuis jeudi soir. Une onde de tempête s’ajoutera au mélange samedi matin et les routes côtières devraient être emportées.

Le météorologue Jean-Philippe Bégin a décrit les conditions attendues comme « exécrables et même dangereuses » aux Îles-de-la-Madeleine.

Environnement Canada avertit également les Madelinots, les Gaspésiens et les Nord-Côtiers de terminer leurs préparatifs avant vendredi soir et de préparer une trousse d’urgence pour 72 heures.

Sur la pointe est de la Gaspésie, on prévoit un total de 50 millimètres de pluie et des vents de 60 à 90 km/h avec des pointes à plus de 100 km/h. Jean-Philippe Bégin prévient qu’avec les feuilles dans les arbres, elles seront vulnérables au déracinement. Le reste de la Gaspésie ne sera pas épargné et pourra s’attendre à recevoir de 30 à 50 millimètres de pluie accompagnés de vents violents, tout comme la Basse-Côte-Nord qui doit également se préparer à absorber quelque 50 millimètres de pluie.

Dans les trois régions, les marées de tempête entre samedi matin et dimanche matin pourraient être de 1,8 à 2,4 mètres plus hautes.

La Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard dans l’œil du cyclone

Les provinces de l’Atlantique, en particulier l’île du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard, qui se trouvent directement au centre du passage projeté de Fionail faut aussi s’attendre à être frappé très durement, alors qu’on parle de pluies torrentielles pouvant atteindre 200 millimètres et de vents pouvant dépasser les 160 km/h.

Jean-Philippe Bégin et son collègue Bob Robichaud n’hésitent pas à parler de tempête historique, notamment parce que Fiona se déplace plus lentement que certains ouragans dévastateurs qui se sont produits dans le passé, notamment Dorien en 2019 et John en 2003, augmentant le risque de dommages, d’inondations et de pannes.

François Legault ira aux Îles-de-la-Madeleine

En campagne à Laval vendredi matin, le premier ministre François Legault n’a pas hésité à appeler les citoyens des régions qui seront touchées à la prudence. « Il y a un risque important. Préparez-vous au pire et nous espérons que tout se passera bien. Il est important de suivre les instructions. »

M. Legault a annoncé qu’il se rendra aux Îles-de-la-Madeleine lorsque Fiona sera adopté et précise que les différents ministères impliqués dans la gestion des catastrophes naturelles, notamment celui de la Sécurité publique, ainsi qu’Hydro-Québec sont en état d’alerte maximale et prêts à intervenir dès que nécessaire.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.