Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Parc Maisonneuve à Montréal : Unité et diversité pour la Fête nationale


La bruine de fin d’après-midi n’a pas rebuté les milliers de spectateurs qui se sont pressés samedi au parc Maisonneuve pour assister au grand spectacle de la Fête nationale du Québec à Montréal, présenté par Pierre-Yves Lord.

• Lisez aussi : Des milliers de spectateurs sur les plaines : les Québécois n’ont pas boudé Émile Bilodeau et leur fête nationale

• Lisez aussi : Fête nationale sur les plaines d’Abraham : pas de polémique et une déclaration d’amour à Patrick Norman

Placée sous le thème « On va s’aimer, on va danser », la soirée démarre fort avec un medley éclectique et intemporel, allant de « La danse à St-Dillon » à « Entr ‘deux joints », en passant par « St-Han Quinzou » et « Oxygène ». La fleur de lys flottait au vent dans le parc Maisonneuve, tandis que la foule était de bonne humeur.

Les artistes de la soirée sont allés puiser dans leur répertoire pour trouver des chansons qui résonneraient auprès du public. « On n’est jamais seul quand on est en gang », a lancé Garou, avant d’entamer son grand succès, « Seul », suivi d’Isabelle Boulay qui nous a plongé dans « Fin octobre, début novembre ».

TOMA ICZKOVITS

Inclusion

La fête nationale est aussi l’occasion de célébrer notre langue, le français de chez nous, mais qui est également parlée dans plusieurs provinces canadiennes, jusqu’en Haïti, soulignant au passage la diversité qui caractérise le Québec. Mélissa Bédard l’a démontré avec sa magnifique interprétation de « Le cœur est un oiseau ».

Les nations autochtones étaient évidemment représentées pour cette célébration de tous les Québécois, avec Scott-Pien Picard, qui a notamment interprété « Nitauassim » en langue innue. Marjo le rejoint ensuite sur scène pour un duo inédit sur « Les Chats Sauvages ».

Hommage

Garou et Isabelle Boulay ont rendu un vibrant hommage à Jean Lapointe et à son auteur Marcel Lefebvre, tous deux décédés en novembre dernier, à travers le succès que tout le monde connaît, « C’est dans les chansons ». On a alors pu voir une archive d’Isabelle Boulay enfant interprétant « Chante la ta chanson », qu’ils ont repris avec plusieurs artistes sur scène.


TOMA ICZKOVITS

Dans la tradition des spectacles de la Saint-Jean, le rock est omniprésent, et cette année ne change pas la coutume. Justin Boulet, le fils de Gerry, s’est joint à Marjo pour chanter « Les yeux du cœur », avant de participer à un medley de tubes d’Offenbach. « Ayoye », « Deux autres bières », « Promenade sur mars » et « Chu un rocker » ont enfin résonné dans le parc Maisonneuve.

Le rappeur Souldia a également fait une apparition éphémère avec sa chanson « Valentina ».


TOMA ICZKOVITS

Discours inspiré

Lydia Képinski, Isabelle Boulay et Marjo ont uni leurs voix pour reprendre l’hymne de Robert Charlebois, « Ordinaire ». Trois voix et trois générations pour un nombre très symbolique.

Du haut de ses 98 ans, Janette Bertrand est montée sur scène pour un discours inspiré sur la parole des femmes. « Merci les femmes », a-t-elle dit. Les hommes changent, mais pas rapidement. On dirait qu’il est difficile de descendre de leur piédestal. »

Elle a aussi dit que le drapeau québécois n’existait pas à sa naissance, il n’est arrivé qu’en 1948. « Québécois, nous sommes Québécois » clôturait le numéro, interprété par plusieurs artistes de la soirée.

Notre rockeur national

Avec son énergie contagieuse, Marjo est revenue remuer la cage, prouvant qu’à presque 70 ans (elle en aura 70 en août prochain), elle n’a rien perdu de son énergie. Elle a enchaîné « J’lâche pas », « Amoureuse », « Sème la vie », « Je sais, je sais » en duo avec Pierre-Yves Lord, pour finir par « Illégal » et « Provocateur » devant un public déchaîné. et admirative.


TOMA ICZKOVITS

La retransmission TV de l’émission s’est terminée par un numéro réunissant la quasi-totalité des artistes de la soirée sur « La Basstringue ».

Rallonges

Cependant, le spectacle s’est poursuivi au parc Maisonneuve, avec une diffusion exclusive sur le web. L’ambiance était à son comble alors que Mélissa Bédard revenait chanter « C’est le temps des vacances » avec Fouki, ce dernier continuait avec « SPALA ».


TOMA ICZKOVITS

Devant une foule en liesse, Souldia et Jay-Jay ont livré « Red Light » et « Malewa ». Le public a aussi eu droit à une fusion rock et rap avec un duo improbable et incandescent entre Souldia et Justin Boulet sur « Le vide ». L’un des moments forts de la soirée.

Après un clin d’œil à la mémoire de Michel Côté, le grand spectacle de la fête nationale à Montréal s’est terminé par un magnifique pot-pourri de chansons françaises, dont « Formidable » de Marjo, « Ces soirées-là » et « Je danse le Mia » de Fouki et P ‘tit Béliveau, ou « C’est la vie » de Mélissa Bédard.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page