« Parfois, il y a un espoir qui naît », Bru évoque un possible retour de Jalibert et Tameifuna contre Toulouse

Annoncés forfaits, l’ouvreur et pilier des Girondins pourraient enfin tenir leur place avec l’UBB en finale, vendredi à Marseille, contre le Stade Toulousain.

Envoyé spécial à Marseille

C’est un pari énorme que pourraient bien tenter Yannick Bru et son staff. Pour affronter le Stade Toulousain vendredi (21h05) en finale de Top 14, l’Union Bordeaux-Bègles pourrait jouer avec son ouvreur star Matthieu Jalibert et son solide pilier Ben Tameifuna, alors qu’on pensait leur saison terminée en raison de blessures. Mais les choses ont changé et la perspective de disputer une première finale de Top 14 y a certainement contribué.

« Chaque semaine, il y a des cycles, des moments où le pessimisme est là, certains joueurs blessés pensent qu’ils ne pourront pas être là et, au fil des jours, parfois il y a de l’espoir qui naîta expliqué le manager bordelais Yannick Bru en conférence de presse ce jeudi. Je salue le travail de notre personnel médical qui essaie de faire ce qui pouvait être fait. (…) Nous prendrons une décision ce soir (JEUDI) à la fin de la formation de capitaine, sur les zones d’ombre qui subsistent. »

Le demi d’ouverture du XV de France s’est blessé aux ischio-jambiers contre Oyonnax (40-7), lors des 26e et dernière journée de Top 14. C’est à la 73ème minute du match face aux Oyomen qu’il a dû céder sa place. A la base, il était censé aborder ce match sans encombre dans la peau d’un remplaçant mais le retrait de dernière minute de Louis Bielle-Biarrey l’avait propulsé dans la peau d’un titulaire. « Ma saison est terminée suite à une déchirure musculaire. Difficile de quitter l’équipe si près du but, mais la vie est parfois injuste, puis publié le joueur sur X (anciennement Twitter).

L’autre retour inattendu concerne celui de Ben Tameifuna. Un renfort de poids pour le peloton girondin, en prévision de la rude bataille qui l’attend face aux champions d’Europe en titre. Le solide pilier droit tongien s’est blessé à l’épaule droite le 16 juin lors du barrage remporté contre le Racing (31-17) et il a été contraint de déclarer forfait pour la demi-finale de la semaine dernière face aux Parisiens (22-20).

Et Yannick Bru d’ajouter : « Les deux (joueurs) sont un plus pour l’équipe. Maintenant, nous avons gagné beaucoup de matches sans Matthieu cette année. Nous en avons gagné quelques-uns sans Ben aussi. Mais il est clair que nous préférons les avoir avec nous. Ils ont un grand impact sur notre équipe. C’est notre dernier match, ils veulent participer. Il y a eu des moments où ils ne croyaient pas pouvoir participer. Matthieu a lui-même annoncé sa fin de saison sur les réseaux. Et puis, parfois, les choses reviennent, il y a de meilleures sensations. Et pourquoi pas… Nous avons utilisé chaque minute de la semaine pour voir si c’était possible. Ce sont les joueurs qui décideront. Mais ils veulent participer… »

Lors de l’entraînement du capitaine, qui s’est déroulé ce jeudi au Stade Vélodrome, Matthieu Jalibert s’est entraîné à l’écart du groupe, réalisant de courtes courses dans l’en-but avec deux membres du staff bordelais. Tameifuna a participé aux jeux de ballon organisés au centre du terrain avec ses coéquipiers.

En quête d’un premier titre de champion de France depuis son retour dans l’élite en 2011, l’UBB tente donc un sérieux pari, à l’image de ceux qu’a fait Guy Novès en son temps lorsqu’il entraînait le Stade Toulousain. Yannick Bru préférerait donc aligner un Jalibert, qui s’était entraîné avec le groupe cette semaine mais qui n’est peut-être pas à 100% de ses capacités, plutôt que de renouveler sa doublure, le jeune Mateo Garcia, qui n’avait pas affiché, samedi dernier en la demi-finale contre le Stade Français Paris, une sérénité à toute épreuve.