Paris a besoin de touristes avant les JO

ENQUÊTE – Les professionnels s’attendent à être pénalisés par l’organisation de l’événement. Juin et juillet sont encore pires que prévu.

«  Que veux-tu que nous fassions ?, » demande Taoufiq El Amrani, directeur général des Bateaux-Mouches. Les difficultés de circulation à Paris font fuir les clients. Inutile de baisser les prix. On s’attendait à une dégradation de l’activité, mais pas à ce point. »

La compagnie de croisière, qui possède dix bateaux, accueille 6 000 à 6 500 passagers par jour depuis début juin. « Nous sommes généralement environ 10 000. passagers par jour en juin et juillet, note le dirigeant. En plus des préparatifs pour les Jeux Olympiques, le mauvais temps a clairement joué contre nous. Notre clientèle est de 70 % d’étrangers. Il nous manque des Américains, des Indiens, des Brésiliens, des Mexicains. Il nous manque aussi des groupes scolaires. »

Les hôteliers en première ligne

Dans le même temps, les professionnels du tourisme (hôteliers, restaurateurs, organisateurs d’activités, etc.), mais aussi les commerçants et les organisateurs d’événements, se montrent moroses. Tout le monde s’attendait à ce que la période pré-olympique soit calme…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 86% à découvrir.

Vente flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ? Connectez-vous