Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Pas de coupes dans l’État-providence allemand – POLITICO


BERLIN — Le chancelier allemand Olaf Scholz a rejeté samedi ses partenaires de coalition conservateurs sur le plan budgétaire qui exigent des coupes dans les prestations sociales, alors que le gouvernement tente de combler un trou de 60 milliards d’euros dans son budget.

« Pour moi, c’est très clair : il n’y aura pas de démantèlement de l’État-providence dans une situation comme celle-ci », a déclaré Scholz lors du congrès du parti social-démocrate (SPD) à Berlin, lors d’un discours très attendu après des semaines de silence sur le sujet. sujet.

Le vœu de Scholz a soulagé ses collègues du parti, mais constitue un défi pour les partenaires de la coalition du Parti libéral-démocrate, qui ont demandé à plusieurs reprises que la crise budgétaire soit résolue par une réduction des prestations sociales. Dans une interview, le chef adjoint du FDP, Johannes Vogel, a récemment qualifié l’État-providence allemand de « fourré » qui, selon lui, crée une injustice, en particulier dans le domaine des prestations familiales.

Mais dans un discours de 45 minutes, Scholz n’a donné que peu d’informations sur la manière dont le gouvernement allait procéder. La crise budgétaire serait « une tâche très difficile, mais pas insoluble », a-t-il déclaré.

Les temps sont durs pour Scholz.

À l’occasion du deuxième anniversaire de l’entrée en fonction de sa coalition à trois, dite des feux de circulation, Scholz a reçu un cadeau malvenu de la part des sondeurs : un taux d’approbation de seulement 20 pour cent, le pire résultat jamais enregistré pour un chancelier par la télévision publique allemande ARD.

La crise budgétaire, déclenchée par une décision explosive de la Cour constitutionnelle allemande en novembre, a probablement contribué à la chute des notes de Scholz. Le tribunal a jugé inconstitutionnel le projet du gouvernement visant à réutiliser les 60 milliards d’euros restants d’un fonds d’urgence COVID-19 pour financer le programme vert du pays.

Le discours de Scholz samedi, dans lequel il a également invoqué le soutien de l’Allemagne à l’Ukraine dans sa lutte contre l’invasion du président russe Vladimir Poutine, a été accueilli par près de cinq minutes d’applaudissements. Il n’a rien dit lors de son discours sur une réforme du frein à l’endettement, qui limite constitutionnellement les nouveaux emprunts de l’Allemagne.

Vendredi, les délégués du SPD ont approuvé une réforme du frein à l’endettement afin de sortir le gouvernement de la crise budgétaire, mais une telle réforme serait un sujet très controversé au sein de la coalition gouvernementale.

Politc

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page