Skip to content
Pas de voie rapide vers l’adhésion à l’UE pour l’Ukraine – France – RT World News


Le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré que Kiev deviendra très probablement un pays candidat plus tard cette semaine

L’Ukraine ne doit pas s’attendre à une voie rapide vers l’adhésion à l’UE malgré l’existence d’un consensus sur l’octroi du statut de candidat, a averti le secrétaire d’État français aux Affaires européennes Clément Beaune.

S’adressant à l’animateur de la station de radio française Europe 1 mercredi, Beaune a déclaré qu’il y avait «consensus total” parmi les membres de l’UE que l’Ukraine est éligible pour devenir une nation candidate. Le responsable a ajouté qu’il s’attendait à ce que cela soit formellement « confirmé jeudi et vendredi.

Les 23 et 24 juin, les chefs d’État et de gouvernement des 27 pays qui composent l’UE se réuniront à Bruxelles, avec les candidatures d’adhésion de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie en tête de liste.

Le responsable français s’est empressé de prévenir, cependant, que «c’est un long processus, l’Ukraine ne sera pas membre de l’Union européenne demain matin.

Beaune a souligné que Kiev ne sera pas donnée »procédure accélérée ou privilège,» ajoutant que le parlement français aura le dernier mot pour décider si Paris soutiendra l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine.


Le secrétaire d’État français aux Affaires européennes a noté que pour devenir un État membre, un pays aspirant «doivent répondre à des exigences extrêmement strictes en matière de lutte contre la corruption, d’État de droit, de pluralisme des médias, de niveaux économiques.
Beaune a précisé qu’il faudrait d’abord «être nécessaire pour mettre fin à la guerre, reconstruire le pays,” avant que la nation d’Europe de l’Est puisse avoir une chance de rejoindre l’UE.

Le diplomate a conclu que même si le processus allait prendre du temps, le bloc serait «donnant ce signal d’ouverture» en accordant le statut de candidat à l’Ukraine.

Ce n’est pas la première fois qu’un haut responsable français avertit l’Ukraine qu’elle ne peut pas espérer rejoindre l’UE dans un avenir proche.

Début mai, le président français Emmanuel Macron est allé jusqu’à proposer la création d’un «Communauté politique européenne» qui inclurait des espoirs européens tels que l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, qui bénéficieraient de certains avantages. Macron a fait valoir que s’il était important pour l’UE de ne pas s’aliéner ces nations, elles étaient toutes très probablement à des années, voire des décennies, de devenir des États membres, même si on leur donnait « statut de candidat demain.

La proposition a attiré les critiques de hauts responsables ukrainiens, dont le président Volodymyr Zelensky, à l’époque. Kiev a insisté sur le fait qu’elle ne se contenterait d’aucun substitut au statut de nation candidate à l’UE.

Lors de sa visite dans la capitale ukrainienne la semaine dernière avec les dirigeants allemand, italien et roumain, Macron s’est dit favorable à l’octroi immédiat à l’Ukraine du statut de candidat à l’UE.

Kiev a déposé sa demande officielle d’adhésion à l’UE fin février, quelques jours après que la Russie a attaqué l’Ukraine.

Selon les médias, plusieurs États membres se sont initialement opposés à la candidature du pays, mais cela semble avoir changé après que la Commission européenne a recommandé vendredi dernier que l’Ukraine obtienne le statut de candidat.

Cependant, comme en témoignent les cas de la Turquie et du Monténégro, qui ont reçu le statut en 1999 et 2012 respectivement et n’ont toujours pas rejoint le bloc, le chemin vers l’adhésion à l’UE pourrait être long et sinueux.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.