Passages pour piétons | Une centaine de lumières sonores en attente d’installation à Montréal

La Ville de Montréal veut mettre en place des « temps de passage plus longs » à toutes ses intersections avec feux de circulation. Une centaine de signaux sonores supplémentaires, permettant aux personnes aveugles ou malvoyantes de traverser la rue en toute sécurité, sont cependant toujours en attente d’installation.


Actuellement, le tiers des 2 344 carrefours avec feux de circulation de la métropole, soit 771 d’entre eux, respectent les nouvelles normes universelles de déplacement, ce qui correspond à une vitesse de déplacement d’environ 1,1 m par seconde. L’objectif est d’appliquer ces temps de passage à tous les carrefours d’ici sept ans, en 2029.

« Nous sommes en train de revoir tous les carrefours avec feux tricolores, à raison d’environ 250 par an », a indiqué mercredi soir le chef d’équipe du Service de l’urbanisme et de la mobilité (SUM), Bartek. Komorowsk lors d’une commission sur l’accessibilité universelle. « Il y aura des opportunités d’anticiper les interventions à certains endroits », notamment les secteurs accidentogènes, a-t-il précisé.

Selon lui, l’un des enjeux sera « d’intégrer des signaux sonores et des temps de passage plus longs aux feux tricolores en minimisant le temps d’attente de tous les usagers ».

Aujourd’hui, 280 dormeurs disposent également de lumières sonores, soit un peu plus de 10 % d’entre eux. « Au moment de la rédaction de notre document, nous avions 92 traverses sonores en attente d’installation. Sur ces 92, il y en a 58 dont les plans étaient prêts et les travaux sont déjà programmés », explique l’ingénieur Elise Cécyre.

Quelque 22 signaux sonores seront installés « dans le cadre de projets de réaménagement de rues » après la saison hivernale et 36 dans le cadre du programme d’entretien des actifs de signalisation routière. En règle générale, une fois les évaluations terminées, l’installation d’un signal sonore prend moins d’un an.

Toutefois, le SUM rappelle que « lorsque l’installation est réalisée dans le cadre d’un projet de réaménagement de rue, le délai entre la réception de la demande et la mise en service des signaux sonores peut être long si le projet s’étale sur plusieurs années ». C’est le cas, par exemple, du Service Rapide Bus Pie-IX (SRB).

L’impact des chantiers

Montréal entend également « installer les signaux sonores dans le bon axe en utilisant le plus possible le mobilier existant, et assurer l’alignement des corridors piétonniers lors du raccordement d’un nouveau développement à l’existant ». La Ville vise également à améliorer le suivi des travaux de voirie pour « réduire l’écart entre la conception et la réalisation des aménagements ».

La conseillère associée au comité exécutif, Marianne Giguère, a pour sa part reconnu mercredi que la popularité grandissante des projets de piétonnisation mis en place à l’été à Montréal appelait à une réflexion sérieuse en matière de mobilité réduite.

« Les commerçants font de bonnes affaires, les gens les apprécient, mais pour les déficients visuels, ça complique les choses car ils perdent leurs repères [fournis par la circulation automobile]. C’est un problème grave pour lequel des solutions doivent être trouvées », a-t-elle déclaré.

Cela dit, « le paradigme du tout-entraînement à tout prix est en train de changer définitivement », a déclaré Mme.moi Giguère. La volonté de faire plus de place aux transports actifs et collectifs « est plus grande que jamais, tout comme les investissements », conclut-elle.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.