Skip to content
Passeports |  Chaos et déception au Complexe Guy-Favreau

Les employés de Passeport Canada ont distribué mardi matin 73 coupons aux personnes qui attendaient au Complexe Guy-Favreau. Des centaines de voyageurs se sont retrouvés les mains vides et beaucoup sont désespérés de ne pas obtenir leur passeport à temps pour leur départ.

Publié à 12:12

Passeports |  Chaos et déception au Complexe Guy-Favreau

Émilie Bilodeau
La presse

Fareh Mady avait 76 anse dans la file d’attente. Il attend depuis trois nuits, sur sa chaise de camping, de mettre la main sur le document lui permettant de prendre son avion ce mercredi soir à 17 heures, en direction de Cancún.

« Ils ont fermé la porte juste devant nous en disant qu’ils n’offraient que 73 billets », raconte le jeune homme.

« Je suis très triste. Nous sommes ici depuis trois nuits, nous sommes fatigués. Nous n’avons pas dormi », explique-t-il à côté de son ami avec qui il doit voyager.

Mardi soir, vers 23 h, les employés du Complexe Guy-Favreau ont déplacé la longue file à l’extérieur du bâtiment. Des personnes qui avaient noté le nom de chaque individu s’assuraient que les rangs étaient tenus. A 7h30 mercredi matin, la distribution des coupons tant attendus a commencé. Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal ont veillé à ce que l’opération se déroule dans le calme.

Les 73 premières personnes en file ont été invitées à entrer dans le bâtiment, sans prêter attention à la date de départ des voyageurs. Ces derniers auront rendez-vous dans la journée et devront donc obtenir leur passeport.

« Ils disent aux gens de venir 24 heures à l’avance, mais ils ne donnent que 73 billets. Ils n’ont pas donné la priorité aux gens aujourd’hui », déplore M. Mady.

Le jeune homme affirme s’être fait offrir 700 $ par une femme pour lui donner sa place de choix dans la file d’attente. Fareh Mady a refusé ; il a encore un mince espoir de prendre son vol ce mercredi soir.

Les gens qui se présentent parce qu’ils ont un rendez-vous ou parce qu’ils peuvent récupérer un passeport prêt sont déconcertés par le manque d’information. Ils se rassemblent devant la porte d’entrée principale dans l’espoir de parler à un agent de sécurité.

« Il n’y a aucune information nulle part. Aucun panneau n’indique les priorités. Personne ne nous a demandé si nous partions aujourd’hui », raconte Patricia Baehr, arrivée au bureau des passeports à 3h45 du matin.

« Si nous ne pouvons pas passer la nuit ici, nous n’avons aucune chance d’obtenir notre passeport. Moi, je suis parent isolé, j’ai des responsabilités, j’ai un travail et j’ai zéro chance d’avoir le passeport de mon fils qui doit partir ce soir en France pour aller voir sa grand-mère malade », s’attriste Mmoi Bahr.

Plusieurs personnes ont déclaré que le système de coupons, mis en place pour la première fois mercredi, n’a guère changé les longues files d’attente. « La seule différence, c’est que nous devons maintenant attendre dehors », a déclaré Nathalie. Durant la nuit, les gens empruntent une ruelle pour se soulager puisqu’ils n’ont plus accès aux toilettes de l’édifice fédéral.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.