Skip to content
Paul O’Grady : Pour l’amour des chiens

Une chose unit tous les membres de la famille royale, même ceux qui ont fui à Montecito : l’amour des chiens.

Ma partie préférée de la série Harry et Meghan sur Netflix est la scène dans laquelle Meghan partage solennellement le contenu d’un texte de Beyoncé : « Elle admire et respecte ma bravoure et ma vulnérabilité et pense que j’ai été sélectionnée pour briser des malédictions générationnelles qui doivent être guéries ». .” Le réalisateur passe au beagle de Meghan, Guy, qui regarde droit dans la caméra avec une expression qui dit : « Vous pensez que six heures de ce truc, c’est mal ? Je dois l’écouter tous les jours.

Paul O’Grady: Pour l’amour des chiens – Un spécial royal (ITV) ne présentait pas Haz et Meg, mais il avait la reine consort. Pas de révélations dramatiques ici, juste l’épouse du roi, donnant des comprimés vermifuges à un terrier des West Highland appelé George.

Sa Majesté est la marraine de Battersea Dogs and Cats Home et « une amie très spéciale » d’O’Grady, qui tourne For the Love of Dogs depuis 11 ans. Il est facile de voir à partir de ce programme pourquoi les deux se sont bien entendus. O’Grady ne fait pas de cérémonie et est extrêmement amusant.

Il s’est contenté de jus de fruits lors d’une garden-party à Clarence House : « Il est trop tôt pour les alcools forts. J’y vais de deux manières : soit m’endormir, soit aller dans le West End et arriver à cinq heures en benne. Le couple a discuté de Reggie, un schnauzer géant de huit ans qui s’avérait difficile à rapatrier en raison de son âge et de sa santé. « Un retraité, plutôt qu’un adolescent », comme l’a décrit la reine consort.

L’aspect royal ne constituait cependant qu’une petite partie du programme. Sinon, c’était comme d’habitude, car O’Grady nous a présenté certains des derniers arrivants de Battersea. Il n’a jamais connu l’endroit aussi occupé ; aucune explication n’a été donnée à cela, mais il est probable que certaines personnes qui ont acheté des chiens pour la première fois pendant la pandémie ont constaté que la nouveauté s’est rapidement dissipée. Dieu merci, alors, pour Battersea et son personnel dévoué, qui veillent à ce que ces animaux ne soient pas seuls et misérables ce Noël.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.