Pays de Galles-France, pas de bêtises avant le Crunch

Les Blues se déplacent à Cardiff ce dimanche, dernière étape avant d’affronter les Anglais pour un potentiel Grand Chelem.

Après trois succès d’affilée, les Bleus devront encore monter en puissance au Pays de Galles dimanche, pour continuer à rêver jusqu’au choc final face aux Anglaises, reines du Tournoi des Six Nations.

Les Roses Rouges (1ères, 15 pts), vice-champions du monde et quintuples tenants du titre, accueillent l’Irlande et semblent armées pour poursuivre leur cavalier solitaire en tête du classement avant que l’Italie et l’Ecosse croisent le fer.

Dernière équipe capable de contrecarrer les plans anglais, la France (2e, 14 pts) doit donc s’imposer, avec le bonus si possible, pour, par ailleurs, espérer remporter un premier Grand Chelem depuis 2018.


« Le risque de planifier sur l’Angleterre, c’est de ne pas penser au prochain match. »

Madoussou Chute

Mais il n’est pas question de trop réfléchir « final »prévu le 27 avril à Bordeaux. « Nous ne pouvons pas nous permettre de gâcher ce match et de penser directement à l’Angleterre sans penser à ce week-end (…) Pensons d’abord au Pays de Galles et nous verrons pour l’Angleterre dimanche soir ou lundi matin »a également relativisé l’arrière latérale Emilie Boulard (24 ans, 29 sélections).

« Le risque de planifier pour l’Angleterre, c’est de ne pas penser au prochain match. Ce qui est important. Même s’ils ont réalisé de gros scores, ils restent une très bonne équipe. Nous ne mettons pas la charrue avant les bœufs. »rejoint la deuxième ligne Madoussou Fall (26 ans, 28 sélections).

Après un début de Tournoi 2024 un peu poussif, malgré des victoires sur l’Irlande (38-17) puis l’Ecosse (15-5), les joueurs du duo David Ortiz-Gaëlle Mignot ont livré une prestation particulièrement aboutie face à l’Italie (38-15) tandis que affirmant leur style direct et offensif. Face aux Gallois, et plus encore face à l’ogre anglais, les Bleus devront poursuivre sur cette voie, sans paniquer ni s’énerver.

Les Gallois n’ont plus gagné depuis septembre

« On ne va pas arriver avec une fleur dans les bras »a également promis la troisième ligne Charlotte Escudero (23 ans, 18 sélections) avant le déplacement au Pays de Galles, qui n’a plus gagné depuis septembre et reste sur trois revers dans la compétition (20-18 contre l’Ecosse, 46-10 contre l’Angleterre puis 36-5 contre l’Irlande).

« Les scores qu’ils reçoivent ne reflètent pas le niveau des GalloisEscudero s’est encore tempéré. C’est une équipe hyper construite, massive devant avec des trois-quarts hyper rapides, qui poussent le jeu… » L’adversaire idéal des Bleues avant de se tourner vers l’Angleterre.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >