Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Pénurie de main d’œuvre : un manque à gagner de plus de 38 milliards de dollars pour les PME

Les contrats et les ventes que les PME canadiennes ont dû reporter ou même refuser en raison d’une pénurie d’employés ont représenté un manque à gagner de plus de 38 milliards de dollars au cours de la dernière année.

C’est ce que révèle un rapport de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) publié mercredi.

Les pénuries de main-d’œuvre ont donc coûté cher aux propriétaires de ces petites et moyennes entreprises, qui ont été contraints de réduire leurs heures d’ouverture, voire de travailler davantage, pour maintenir le cap.

«Cela ne représente pas nécessairement une perte nette aussi importante pour l’économie canadienne, mais ces fonds auraient pu permettre aux propriétaires d’investir dans l’automatisation ou de développer leur entreprise», explique Laure-Anna Bomal, économiste à la FCEI et auteure du rapport.

Les PME du secteur de la construction ont particulièrement souffert de la situation avec un manque à gagner de plus de 9,6 milliards de dollars au cours de la dernière année.

Au Québec, près de 11 milliards de dollars en 2021 et 8 milliards de dollars en 2022 ont été perdus par ces entreprises pour cette même raison.

« À long terme, les pénuries de main-d’œuvre et les pertes qu’elles entraînent ne feront qu’augmenter si nous ne modifions pas notre approche du marché du travail », a déclaré Christina Santini, directrice des affaires nationales à la FCEI.

Pour y faire face, la FCEI appelle notamment à réduire les impôts des petites entreprises, à aider les PME à se tourner vers l’automatisation, mais aussi à réduire le fardeau administratif et les obstacles à l’emploi.

Voir également:


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page