Skip to content
Piétons Québec demande une rencontre avec François Legault

L’organisation déplore « l’hécatombe » dans les rues de la province


Dénonçant « l’inertie » du gouvernement provincial alors que le nombre de Québécois tués ou gravement blessés lors de déplacements à pied explose ces dernières semaines, l’organisme Piétons Québec demande à rencontrer le premier ministre François Legault et la ministre des Transports et de la Mobilité durable, Geneviève Guilbault, pour discuter des solutions potentielles.

« Pas moins de 14 piétons ont été heurtés et blessés gravement ou mortellement au Québec au cours des deux dernières semaines », a déclaré Sandrine Cabana-Degani, directrice générale de Piétons Québec, lors d’un point de presse lundi matin devant les bureaux montréalais du premier ministre, Rue Sherbrooke Ouest. « La réaction populaire de ces derniers jours démontre que les décès de piétons ne peuvent plus être traités comme faisant simplement partie des règles du jeu. »

Le directeur général s’exprimait six jours après le décès tragique de la petite Maria Legenkovska, une réfugiée ukrainienne de 7 ans qui a été mortellement heurtée mardi dernier par un automobiliste en zone scolaire alors qu’elle se rendait à l’école Jean-Baptiste-Meilleur, à le Centre-Sud.

Sa mort a provoqué un élan de solidarité avec sa mère, Galyna Legenkovska, qui a deux autres enfants et qui travaille dans un hôtel de la métropole. Une page Gofundme a permis d’amasser plus de 150 000 $ à ce jour pour la famille, dont le père, resté en Ukraine pour aider à l’effort de guerre, vient de rejoindre sa famille à Montréal.

Des collisions graves et mortelles impliquant le conducteur d’un véhicule automobile et un piéton ont eu lieu au cours des dernières semaines à Laval, Sherbrooke, Montréal, Matagami, Saint-Basile-le-Grand et Joliette, notamment. «Parmi ces personnes, 8 sont décédées, dont 1 enfant et 4 personnes âgées», note Piétons Québec.

Piétons Québec a calculé que 650 personnes à pied ont été tuées au Québec au cours de la dernière décennie, tandis que 27 000 autres ont été blessées. « C’est un carnage », dit M.moi Cabane Degani. Tous les Québécois devraient avoir le même droit de rentrer vivants chez eux, peu importe leur mode de transport, peu importe où ils habitent. »

Le pouvoir au Québec

L’organisme dit faire appel au premier ministre parce que la sécurité des citoyens les plus vulnérables sur le réseau routier est d’abord et avant tout entre les mains des élus provinciaux.

« C’est au Québec que sont déterminées les normes d’aménagement du réseau routier municipal et national, qui actuellement ne tiennent pas compte des besoins des piétons; c’est au Québec qu’on pourrait décider que la limite de vitesse de base est de 30 km/h en milieu urbain, au lieu des 50 km/h actuels; c’est à Québec qu’il a été décidé que sur les rues principales numérotées, la fluidité de la circulation motorisée prime sur la sécurité des personnes qui habitent le secteur; c’est au Québec qu’on planifie les grands projets autoroutiers qui ont un impact sur la circulation dans les milieux de vie », a souligné Mme.moi Cabane Degani.

Piétons Québec demande une rencontre avec François Legault

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Sandrine Cabana-Degani, directrice générale de Piétons Québec

À ce sujet, les nouveaux maires du Québec veulent calmer la circulation automobile et rendre la marche sur leur territoire plus sécuritaire, mais réalisent rapidement que les normes du ministère des Transports ne tiennent pas compte des besoins des usagers de la route les plus vulnérables. , y compris les piétons, selon l’organisation, qui demande leur mise à niveau.

Pour mettre fin aux collisions, plusieurs organisations internationales recommandent également aux élus d’adopter une politique globale de la rue (rue complète en anglais), qui consiste à aménager des rues sécuritaires et agréables pour tous les usagers, qu’ils soient jeunes, âgés ou à mobilité réduite, quel que soit le mode de transport choisi.

Contrairement à la Ville de Montréal et à la Sûreté du Québec notamment, le ministère des Transports n’a toujours pas annoncé son intention d’adhérer à Vision Zéro, une démarche internationale qui vise à éliminer les collisions mortelles en s’attaquant à leurs causes. d’ici 2040.

La SAAQ évolue

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) fait campagne depuis des années pour sensibiliser les automobilistes à la présence de piétons sur les voies publiques. Longtemps décriées pour leur tendance à culpabiliser la victime, ces campagnes ont récemment évolué pour montrer les piétons sous un jour « humain », selon Sandrine Cabana-Degani, qui note que les personnes âgées et les enfants sont surreprésentés parmi les victimes par rapport à leur poids démographique dans la population.

« Ce que fait la SAAQ est intéressant, mais on sait que la sensibilisation a ses limites. Du côté du MTQ, il n’y a rien de structurant qui est annoncé, on ne ressent aucune urgence », a-t-elle dit.

Apprendre encore plus

  • 6
    Nombre de personnes heurtées par le conducteur d’un véhicule automobile chaque jour au Québec en moyenne pendant cinq ans. Un piéton meurt tous les cinq jours en moyenne dans la province.

    SOURCE : Piétons québécois

  • 250 $
    Amende maximale pour un automobiliste qui ne paie pas un péage routier, soit 50 $ de plus que l’amende maximale pour non-respect de la priorité d’un piéton à un passage pour piétons.

    SOURCE : Piétons québécois


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.