Skip to content
Place aux lecteurs |  Pour ou contre la fermeture tardive des bars ?

L’idée de prolonger les heures d’ouverture dans certains bars de Montréal suscite beaucoup d’opposition chez les citoyens, depuis l’annonce de possibles projets pilotes par la mairesse Valérie Plante lundi. Certains lecteurs de La presse y voient tout de même une « bonne idée », à condition que l’offre de transport en commun soit également adaptée.

Posté à 6h00

Henri Ouellette-Vezina, La presse

La nuit on dort

Non, je ne suis pas d’accord, surtout pour la tranquillité et la sécurité du quartier. La nuit est faite pour dormir. De plus, allonger les horaires d’ouverture des bars jusqu’à 6 heures du matin inciterait les gens à boire plus, et donc risquerait des débordements à la sortie. Comment ces personnes vont-elles rentrer chez elles ? Le métro est fermé. Imaginons qu’ils prennent leur voiture. Ce n’est pas une bonne idée.

Louise Bélanger

Et pour rentrer à la maison ?

Si on autorise l’ouverture au petit matin pour les bars, qu’en est-il du transport aller-retour ? Le métro n’est pas ouvert en permanence, les bus sont réduits. Y aura-t-il plus de conducteurs ivres au volant de leur voiture ?

France Larose

moins d’urgence

À mon avis, c’est sûrement une bonne idée, car en fermant plus tard, il n’y aurait plus d’empressement à consommer plus à l’approche de la fermeture. De plus, il n’y aurait pas de circulation à la sortie, provoquant des bagarres.

Gilles Bisaillon

Un équilibre des inconvénients

Ce n’est absolument pas une bonne idée pour les autorités de prolonger les heures d’ouverture la nuit. La quiétude des riverains vaut bien plus que cette tentative de « renflouer » les caisses des patrons de bars suite à la cruelle pandémie que tout le monde vient de vivre.

Jacques Sideleau

La patrouille continue

Surtout, la Ville devrait patrouiller en permanence pour éviter les attroupements dans les zones résidentielles. Pour le moment, notre seul recours est le 911, qui est inefficace. Au moment où les officiers se présentent, les fêtards ont fui.

José Torres

Mise en œuvre progressive

L’idée est bonne, mais peut coûter la vie à certaines personnes. J’irais donc très progressivement et avec une surveillance policière accrue dans les bars désignés.

Jean Beaudoin

Pour ne rien comprendre

Montréal lutte tant bien que mal avec des fusillades et des meurtres qui surviennent régulièrement à la fermeture des bars et pendant ce temps, l’administration Plante propose comme solution de vouloir une plus grande accessibilité aux commerces de nuit, pour que Montréal soit plus festive. Cela n’a aucun sens !

Pierre-Louis Rivest

Le trafic d’abord

Il y a déjà assez de tracas partout sans ajouter le facteur alcool. A mon avis, ça dégénérerait encore plus. Finir les travaux commencés et enlever les cônes oranges aurait plus d’impact pour ramener les gens au centre-ville.

Sylvie Sauvé

Répartir les sorties

Je suis tout à fait d’accord avec une telle initiative. Les problèmes liés à la tranquillité publique surviennent généralement à l’heure de la fermeture des bars lorsque tous les éméchés sortent en même temps sur la voie publique et forment alors des attroupements qui dégénèrent souvent en bagarres. En allongeant les horaires d’ouverture, nous étalons la sortie des clients sur plusieurs heures, ce qui réduit le risque de dérapage brutal à 3h du matin.

Simon Cadotte

Régule le bruit

Pourquoi ne pas tout prolonger ? Pour ma part, le problème vient principalement du bruit. J’en profiterais pour réglementer le nombre de décibels autorisés, comme en Europe ! Personne n’a besoin d’autant de décibels dans les bars.

Myriam de Lorimier

Des exceptions à dynamiser

La ville de Montréal doit rester un endroit où les gens aiment vivre, et pas seulement travailler ou faire la fête comme à Toronto. Je suis favorable au maintien des horaires de fermeture à 3h du matin, même si on peut envisager des week-ends exceptionnels de fêtes 24h/24 de temps en temps dans le centre-ville, pour le dynamiser.

Isabelle

Une ville plus inclusive

Je ne suis pas d’accord, mais pas du tout. Si c’est tout ce qu’on a trouvé pour redonner vie au centre-ville, ce n’est pas fort. Boire de l’alcool toute la nuit posera de gros problèmes. Il est temps de revoir le concept de centre-ville de fond en comble. Espaces piétons, verdure, moins de voitures, art et spectacles. Terrasses pour les 7 à 77 ans. Bref, une qualité de vie. C’est ce que veulent les Montréalais.

Marc Laframboise

Divertir plutôt qu’étourdir

Ayant visité des villes où les bars ferment très tard ou pas du tout, c’est assez désagréable d’aller travailler tôt le matin et de devoir éviter les chiottes immondes qui traînent ça et là sur les trottoirs et dans la rue. Est-il possible de dynamiser le centre-ville avec des idées plus originales ? Pensons plus à divertir les gens plutôt qu’à les abrutir avec de l’alcool.

Chantal Fréchette

Et la rareté, dans tout ça ?

Je suis tout à fait d’accord avec cette idée, mais on fait déjà face à une importante pénurie de main-d’oeuvre au Québec. Nous avons donc tout un défi devant nous avant d’y arriver vraiment.

Gilbert Gagnon

Appréhensions et turbulences

Le maintien des établissements proposant de l’alcool encouragera certainement les gens à prolonger leurs célébrations jusqu’aux petites heures du matin et, par conséquent, leur consommation. Il est parfaitement logique de projeter une augmentation probable des conséquences, comme les turbulences, la violence, les accidents, sans parler d’autres problèmes sanitaires et sociaux.

André Robert


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.