Skip to content
Porte |  La SAAQ tarde à adopter la « porte hollandaise »

Deux ans après le décès d’un cycliste montréalais victime de portage, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) tarde à appliquer une recommandation toute simple du coroner qui demande aux nouveaux conducteurs d’apprendre à ouvrir la portière. « Néerlandais ».

Posté à 5h00

Porte |  La SAAQ tarde à adopter la « porte hollandaise »

Gabriel Béland
La presse

Jean-Pierre Lefebvre, 63 ans, circulait à vélo le 6 juillet 2020. Un automobiliste qui ne l’avait pas vu a ouvert sa portière sur le cycliste, qui est tombé puis s’est cogné la tête contre le sol. Il est décédé à son arrivée à l’hôpital.

Dans son rapport, la coroner Geneviève Thériault recommande notamment d’apprendre aux nouveaux automobilistes québécois à ouvrir leur porte avec leur main opposée – « à la hollandaise » – ce qui pourrait sauver des vies.

Pour un conducteur, il s’agit simplement d’ouvrir la porte avec la main droite.

« Mes recherches m’ont permis d’apprendre que pour éviter de porter, il est conseillé aux automobilistes de vérifier attentivement leur angle mort, de regarder dans leur rétroviseur et d’ouvrir la porte avec la main opposée à la porte (de cette manière, le conducteur doit allumer son axe, ce qui facilite la vérification de l’angle mort) », écrit Me Thériault.

La technique hollandaise

Cette technique simple est enseignée depuis des décennies aux Pays-Bas. Il est également présent dans plusieurs pays européens. Le concept a également été ajouté au code de la route britannique cette année.

Cependant, la coroner écrit dans son rapport qu’elle a vérifié auprès de la SAAQ. Bien que les nouveaux conducteurs soient sensibilisés au portage des cyclistes, « la technique d’ouverture de la porte avec la main opposée n’est ni enseignée ni marquée ».

Il serait avantageux, à mon avis, d’enseigner l’ouverture de la porte avec la main opposée.

Me Geneviève Thériault, coroner

Le rapport du coroner Thériault a été publié il y a près d’un an. Mais la SAAQ n’a toujours pas commencé à penser à enseigner cette technique aux nouveaux conducteurs.

« Actuellement, la technique de la « porte hollandaise » consistant à ouvrir la porte avec la main opposée n’est pas spécifiquement enseignée », reconnaît un porte-parole de la SAAQ dans un courriel.

Elle précise : « Une analyse sera réalisée en collaboration avec nos experts en sécurité routière le moment venu. »

« C’est la pointe de l’iceberg »

Pourtant, le portage est un véritable fléau, selon Vélo Québec. « La porte est quelque chose de vraiment préoccupant. Quand on regarde Montréal, les camions sont impliqués dans le tiers des décès de cyclistes, mais on a aussi beaucoup, beaucoup de cas de dooring », explique Magali Bebronne, directrice des programmes à Vélo Québec.

Le SPVM est le seul corps policier qui documente le nombre d’événements où un cycliste est heurté par une porte. Depuis 2013, 1127 rapports d’événements ont été rédigés par les policiers de Montréal en lien avec un dooring, selon les plus récentes statistiques.

C’est la pointe de l’iceberg, car il y a beaucoup de portes qui ne sont pas déclarées.

Magali Bebronne, directrice des programmes à Vélo Québec

Vélo Québec espère que la SAAQ se rangera à la suggestion du coroner et apprendra aux nouveaux automobilistes à ouvrir leur porte avec la main opposée.

« Nous devrions commencer dès maintenant à enseigner le bon comportement aux prochaines générations car elles seront sur la route pendant les 40, 50 prochaines années et il y aura de plus en plus de cyclistes », a-t-elle déclaré.

Elle ajoute que Vélo Québec, dans son programme d’éducation au vélo au primaire, sensibilise les enfants de 10 et 11 ans au dooring.

« Nous essayons d’inculquer un bon comportement, de conduire à au moins un mètre des véhicules en stationnement », dit-elle. Nous faisons notre part pour éduquer les prochaines générations, ce serait bien si la même chose était faite pour les automobilistes. »


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.