Skip to content
Pour éviter la guerre, faites respecter le centre

« Les choses s’effondrent ; le centre ne peut pas tenir ; la simple anarchie est déchaînée sur le monde ». Ce sont des lignes que William Butler Yeats a écrites dans son célèbre poème The Second Coming en novembre 1920.

À ce moment-là, aucun parti fasciste n’avait participé à aucune élection en Europe. Cependant, la fin de la Première Guerre mondiale fut aussi la fin de quatre empires plus ou moins stables : l’Empire ottoman, l’Empire russe, l’Empire allemand et l’Empire austro-hongrois. Le monde était dans le chaos et c’était en effet le début de la fin du centre politique.

Quelque 100 ans plus tard, le 7 janvier, il a fallu 15 tours de scrutin à Kevin McCarthy pour être élu président de la Chambre des représentants des États-Unis. Il a finalement gagné sur une marge de 216 contre 212.

Cependant, il n’a pas été soutenu par une majorité de la Chambre. Il n’a pu être élu que si six membres de son propre parti républicain ont retenu leurs votes, ne soutenant pas McCarthy, mais ne votant pas non plus pour un autre candidat. La principale raison pour laquelle McCarthy n’a pas pu trouver de majorité était le fait que plusieurs extrémistes de son parti ne voulaient pas qu’il s’engage avec le président John Biden, même pas sur des questions essentielles pour l’avenir du pays.

Il est clair que même si les républicains ont remporté une majorité à la Chambre, ce sera une majorité irréalisable. La dernière fois qu’un orateur a eu besoin de plus de neuf tours de scrutin, c’était en 1859, deux ans avant que la guerre civile américaine ne commence à dévaster le pays.

Certes, l’histoire ne se répète pas, mais il reste bon d’en tirer quelques leçons. L’une de ces leçons est que les pays plus divisés et polarisés risquent davantage la violence domestique. Ils sont aussi généralement incapables de prendre des décisions politiques fondamentales. En d’autres termes, là où le centre disparaît, l’instabilité s’installe.

L’Europe fragmentée

Évidemment, ce n’est pas qu’un phénomène américain. On peut se demander s’il existe encore un centre politique en Russie, en Inde ou au Brésil ?

En Europe aussi, le centre est en train de disparaître.

Que reste-t-il du centre en Italie, pourrait-on se demander ? Des partis comme le Mouvement 5 étoiles, la Ligue et le parti fasciste du Premier ministre Giorgia Meloni, les Frères d’Italie, ont marginalisé tous les autres partis. En Hongrie, le juste milieu s’est évaporé il y a de nombreuses années. La seule position que l’on puisse prendre est en faveur ou contre le Premier ministre Viktor Orban.

Le centre se rétrécit également en Belgique et aux Pays-Bas où les libéraux, les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates ont à peine la majorité des voix au parlement.

À presque chaque élection, le centre se fragmente de plus en plus. La conséquence est que les mêmes partis doivent gouverner ensemble pour écarter les partis extrémistes. Mais à mesure que ces partis deviennent plus petits, les gouvernements deviennent des coalitions moins viables qui sont incapables de trouver un consensus sur les réformes nécessaires.

Cette tendance européenne se reflète bien sûr dans la composition du Parlement européen où le Parti Populaire Européen et les Socialistes & Démocrates ont perdu leur domination d’une décennie.

Maintenant, le parti libéral Renew ou les Verts sont nécessaires pour trouver des majorités viables. D’un point de vue démocratique, ce n’est peut-être pas une mauvaise évolution.

Du côté négatif, cependant, nous voyons beaucoup plus de luttes intestines que jamais auparavant. Si cette fragmentation se poursuit, elle affectera également le fonctionnement de la Commission européenne, car elle rend déjà plus difficile la prise de décision au sein du Conseil européen.

Désert idéologique

L’une des raisons pour lesquelles le centre ne peut pas tenir et que des partis plus extrêmes se développent est que les anciennes idéologies sont devenues obsolètes.

Les conservateurs, les socialistes et les libéraux livrent souvent les batailles du passé les uns contre les autres. Leurs différences idéologiques étaient pertinentes au 19ème et une grande partie du 20ème siècle.

La question est de savoir si ces anciennes différences sont toujours d’actualité aujourd’hui ? Nous vivons dans un monde différent avec de nouveaux défis et de nouveaux problèmes, et les anciens paradigmes idéologiques ne sont guère utiles pour les réponses dont ils ont besoin.

Pour des raisons historiques, les anciens partis livrent souvent de vieilles batailles, s’affaiblissant les uns les autres et affaiblissant le terrain central. Cela me fait souvent penser à l’éternelle lutte entre l’empire byzantin et l’empire perse aux 6e et 7e siècles.

Après des siècles de batailles, ils s’étaient complètement épuisés l’un l’autre. Lorsque l’islam est né en 622 et a commencé à conquérir les deux empires, les deux n’ont pas pu résister. Je ne veux pas comparer l’islam à des partis extrêmes. La similitude historique est plutôt celle de deux anciens empires qui se combattent et s’affaiblissent, tout comme le font aujourd’hui les vieux partis d’Europe.

N’est-il pas temps de laisser tomber les vieilles divisions et de travailler ensemble sur une nouvelle histoire ? Les chrétiens-démocrates, les sociaux-démocrates et les libéraux sont les partis qui ont construit l’Union européenne depuis le tout début. S’ils veulent une Europe moins polarisée, ils doivent travailler structurellement tous les trois, et peut-être aussi avec les Verts.

Ils doivent écrire une nouvelle histoire idéologique commune qui renforce davantage l’intégration européenne. Ce n’est pas le moment pour que les choses s’effondrent, comme l’a écrit Yeats. Une guerre sur notre continent est plus que suffisante.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.