Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Pour faire baisser les prix alimentaires, il faut plus d’épiciers

Le marché canadien est « concentré ». S’il y avait plus de concurrence entre les supermarchés, le panier d’épicerie serait moins cher, confirme le Bureau de la concurrence dans un rapport attendu.

• Lisez aussi : Bientôt une taxe sur les « bénéfices excessifs » des épiceries ?

• Lisez aussi : Les épiceries, les profits, ils en mangent

Il faut « accompagner l’arrivée de nouveaux types d’entreprises dans le secteur de l’épicerie et élargir le choix des consommateurs », préconise-t-on, entre autres, dans l’étude publiée mardi matin.

Le marché canadien est dominé par Loblaw (Provigo, Maxi), puis par Metro, Empire (IGA), Costco et Walmart.

Puisque « le Canada a besoin de solutions pour contrôler le prix du panier d’épicerie », le Bureau de la concurrence formule quatre recommandations.

En plus d’augmenter le nombre d’acteurs sur le marché, les gouvernements devraient favoriser « la croissance des épiciers indépendants » et « l’entrée des épiciers internationaux sur le marché canadien ».

Nous avons aussi évoqué l’idée d’harmoniser l’affichage des prix unitaires pour faciliter les comparaisons d’un endroit à l’autre.

La quatrième recommandation concerne l’immobilier et la manière dont les grandes chaînes manœuvrent pour rendre « difficile, voire impossible, l’ouverture de nouvelles épiceries ».

L’étude du Bureau de la concurrence a débuté en octobre dernier à la suite de la flambée des prix des aliments.

Et ce n’est pas fini. En mai, les prix des épiceries ont augmenté de 9 %, a indiqué mardi matin Statistique Canada, contre 9,1 % en avril.

Cela représente une fois de plus près du double du taux d’inflation, qui est maintenant de 3,4 %.

Les produits qui ont le plus augmenté en mai sont les graisses et huiles alimentaires (+20,3 %), les produits de boulangerie (+15 %) et les produits céréaliers (+13,6 %).

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page