Skip to content
Pourquoi la militarisation accrue de l’UE devrait nous inquiéter tous

Alors que la guerre en Ukraine entre dans son cinquième mois, avec des milliers de morts civiles et des millions de déplacements, la campagne russe ne montre aucun signe de relâchement. En réponse, les alliés de l’Ukraine continuent de renforcer les défenses du pays avec des quantités sans précédent d’assistance militaire.

Alors que le chemin vers la paix se rétrécit, l’UE devrait tenir compte des implications à plus long terme d’un soutien sans entraves de la défense à l’Ukraine et de la militarisation croissante de la politique étrangère de l’UE.

  • Sous l’Allemand Olaf Scholz, il y a eu un changement radical par rapport à sa position précédente, qui plaçait les approches civiles en premier, et qu’il n’y a pas de solution militaire aux conflits complexes et violents (Photo : Conseil de l’Union européenne)

Se préparant à une longue guerre d’usure, les États européens renforcent leurs propres « capacités » de défense et augmentent leurs exportations d’armes. Il s’agit d’un changement de paradigme dans la pensée militaire européenne sur les crises et conflits violents.

La nouvelle « boussole stratégique » de l’UE le confirme avec son approche militarisée « la sécurité d’abord », le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell appelant à des forces armées européennes interopérables.

Sans investissement à long terme dans la construction de la paix, l’approche de l’UE en matière de défense ne fera que conduire à une course aux armements plus agressive. Cela exacerbe les tensions géopolitiques et met en péril les principes et valeurs fondateurs de l’UE, en particulier la paix à long terme, la justice sociale et la protection des civils.

Alors que la frontière entre les politiques étrangères et militaires s’estompe, les approches du développement et des droits de l’homme centrées sur les civils tombent au bord du chemin.

Témoin la disparité de traitement entre les réfugiés d’Ukraine et d’Afghanistan, ou la négligence envers les millions de Yéménites endurant leur huitième année de guerre brutale.

Une ruée vers des solutions militaires risque de graves conséquences – certains ont qualifié la Facilité européenne pour la paix (qui a maintenant promis plus de deux milliards d’euros d’équipements à l’Ukraine) d’« arme non sécurisée ».

Demi-tour allemand

Ce changement vers un état d’esprit militaire est apparu dans des endroits inattendus. Adoptant le « langage du pouvoir », le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé un changement spectaculaire de politique de défense, avec un nouveau paquet de défense de 100 milliards d’euros.

Les futures dépenses de défense allemandes, a-t-il dit, représenteraient plus de deux pour cent du PIB, dépassant l’objectif de dépenses annuelles de l’OTAN.

Il s’agit d’un changement radical par rapport à sa position précédente, qui plaçait les approches civiles au premier plan et selon laquelle il n’y a pas de solution militaire aux conflits complexes et violents.

Sahel, Yémen, Irak et Afghanistan

Ce « renversement significatif » de la stratégie de défense de longue date de l’Allemagne reflète la tendance à une dépendance croissante vis-à-vis des stratégies militaires pour résoudre des conflits violents complexes et en escalade. Ceci malgré les résultats désastreux bien documentés des interventions militaires des États membres européens au Sahel, au Yémen, en Irak et en Afghanistan.

Depuis 2014, l’UE a investi plus de 1,4 milliard d’euros au Sahel, soutenant et équipant les forces militaires et de sécurité au Mali, au Niger, au Burkina Faso, au Tchad et en Mauritanie.

Le résultat? Les forces de sécurité commettent des actes de violence meurtrière contre des civils en toute impunité. En 2020, selon l’agence spécialisée dans la cartographie des crises ACLED et la FIDH, un citoyen malien était plus susceptible d’être tué par les forces de sécurité de l’État que par des groupes armés violents. Malgré ces résultats catastrophiques, l’UE poursuit ses plans (tels que rapportés par EUObserver) pour mettre en place de nouvelles missions militaires dans la région.

Les abus commis par les forces policières et militaires et leurs alliés, comme ceux du Sahel, montrent à quel point les lourds investissements de l’UE dans le renforcement des capacités des forces nationales n’ont pas réussi à lutter contre la corruption endémique et l’impunité généralisée endémiques à ces forces dans tout le Sahel et en Afghanistan .

Alors que les gens se retrouvent dans le collimateur entre des programmes antiterroristes agressifs et des groupes armés violents, y compris des milices locales, l’opinion publique dans la région du Sahel s’est retournée contre les Français, qui ont dirigé l’intervention internationale. Comment cela favorise-t-il la sécurité et la paix à long terme dans la région et ailleurs ?

Au lieu de cela, ce statu quo militarisé a déclassé les efforts visant à lutter contre la violence politique qui alimente les conflits à travers le Sahel où les élites politiques alimentent la violence communautaire, souvent pour consolider leurs propres bases de pouvoir.

S’il y a une leçon que nous pouvons tirer de ces exemples, c’est que nous avons un besoin urgent d’approches qui désamorcent les conflits violents en se concentrant sur les besoins des gens ; s’attaquer aux tensions profondément enracinées qui débouchent sur une intensification de la violence entre les communautés, les États et les régions ; et créer les conditions de la paix.

L’Europe est confrontée à une épreuve : plutôt que de contribuer à la prolifération des armes et aux catastrophes économiques et sécuritaires qui en résultent – comme on l’a vu au Sahel, en Afghanistan, au Yémen et en Irak – nous devons prendre une position courageuse et recentrer nos priorités sur la promotion des principes fondamentaux de l’UE d’interventions de politique étrangère fondées sur les droits qui peuvent construire la paix.

Sans un travail de partenariat intensif avec les personnes et les communautés, et sans réponses aux crises qui répondent aux multiples dimensions de la sécurité au-delà de la force militaire (telles que l’éducation, la santé, l’accès aux moyens de subsistance et à la justice), l’assistance militaire est vouée à répéter des erreurs mortelles.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.