Skip to content
Pourquoi l’OPEP n’a peut-être pas la réponse aux prix élevés du pétrole


Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le pétrole a atteint cette année son plus haut niveau en 14 ans. Les prix ont depuis légèrement baissé et les contrats à terme sur le Brent s’élevaient à environ 113 dollars le baril lundi, mais les pays occidentaux ont fait pression sur les États pétroliers pour qu’ils continuent d’ajouter plus de pétrole sur le marché.

Lundi, le président français Emmanuel Macron a appelé les producteurs de pétrole à augmenter leur production par des volumes « exceptionnels », a rapporté l’agence de presse AFP.

Mais lorsque les exportateurs de pétrole se réuniront jeudi pour décider d’augmenter ou non leur production, ils devront tenir compte d’une récession mondiale imminente qui menace de réduire la demande pour leur brut et de diminuer leur capacité à contrôler son prix.

Alors que les banques centrales augmentent les taux d’intérêt pour contrôler l’inflation, un ralentissement économique mondial au cours des 18 prochains mois est devenu plus probable, ont averti les économistes.

Une récession est un « risque de plus en plus palpable » pour l’économie, ont écrit mercredi les analystes de Citigroup dans une note dans une évaluation de la trajectoire de la croissance mondiale au cours des 18 prochains mois.

Les experts disent que les producteurs de pétrole ne peuvent pas anticiper le ralentissement en pompant davantage. Et si une récession se produit, ajouter plus de barils risque de faire chuter le prix du brut et de nuire à leurs propres économies.

Les seuls pays capables de pomper plus de pétrole, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ont déclaré que le marché pétrolier était équilibré et qu’il n’était pas nécessaire d’en produire davantage. Ensemble, ils ont la capacité d’ajouter 2,5 millions de barils par jour (bpj).

Yousef Alshammari, PDG et responsable de la recherche pétrolière chez CMarkits à Londres, a déclaré que les producteurs de pétrole se rendent compte que l’impact économique des hausses de taux n’est pas encore ressenti par le marché pétrolier, et ils agissent en conséquence.

L’OPEP seule n’a pas la capacité d’éviter une récession, a déclaré Amena Bakr, correspondante en chef de l’OPEP chez Energy Intelligence. « Je pense qu’une récession ne peut pas être contournée… L’état de l’économie ne peut pas être maintenu. À un moment donné, il doit y avoir un crash et une réinitialisation », a-t-elle déclaré.

Lors de sa dernière réunion le 2 juin, l’OPEP a déjà convenu d’augmenter la production de 648 000 bpj en juillet et en août, contre 432 000 bpj initialement convenus jusqu’en septembre.

Alors que le président américain Joe Biden se prépare pour sa visite en Arabie saoudite à la mi-juillet, il y a eu des spéculations selon lesquelles Riyad pourrait ajouter plus de barils en signe de bonne volonté.

« Ce serait un beau geste » qui aiderait à contrôler l’inflation aux Etats-Unis à court terme, a déclaré Alshammari.

Mais l’Arabie saoudite, le producteur avec la capacité la plus inutilisée, a sonné l’alarme sur la capacité décroissante des nations pétrolières à continuer à pomper plus de pétrole.

« Le monde doit s’éveiller à une réalité existante », a déclaré le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, cité par Bloomberg en mai. « Le monde est à court de capacité énergétique à tous les niveaux. »

Le résumé

L’envoyé spécial américain Malley rencontrera le ministre des Affaires étrangères qatari à Doha sur d’éventuelles discussions avec l’Iran

L’envoyé spécial américain pour l’Iran, Robert Malley, devrait rencontrer lundi le ministre qatari des Affaires étrangères, le cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, à Doha, a déclaré à CNN une source diplomatique informée de la visite. Le négociateur iranien Ali Bagheri Kani rencontrera des responsables qataris le lendemain, a ajouté la source.

  • Arrière plan: Les visites de haut niveau interviennent après que le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré samedi lors d’une conférence de presse à Téhéran que son équipe assurerait la médiation d’éventuels futurs pourparlers indirects entre les États-Unis et l’Iran « dans un pays du Golfe ». Les pourparlers se concentreraient sur les « questions non résolues » liées à la mise en œuvre de l’accord nucléaire de 2015 connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA). Alors que les médias d’État iraniens ont rapporté que le Qatar serait la destination de ces pourparlers bilatéraux indirects, Doha n’a pas confirmé qu’il les accueillerait.
  • Pourquoi est-ce important: Les puissances occidentales craignent que l’Iran se rapproche de la capacité de produire une bombe nucléaire s’il le décidait, bien que l’Iran affirme que ses intentions sont pacifiques. Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, qui prend les décisions pour Téhéran dans les pourparlers sur le nucléaire, a déclaré à Borrell que l’Iran développera davantage son programme nucléaire jusqu’à ce que l’Occident modifie son « comportement illégal ».

Erdogan rencontrera les dirigeants suédois et finlandais avant le sommet de l’OTAN

Le président turc Recep Tayyip Erdogan participera mardi à une série de pourparlers avec les dirigeants suédois et finlandais, ainsi qu’avec l’OTAN, avant un sommet de l’OTAN à Madrid mercredi, a déclaré dimanche le porte-parole présidentiel turc Ibrahim Kalin. Il a déclaré qu’Erdogan assistait aux pourparlers « ne signifie pas que nous reculerons de notre position ».

  • Arrière plan: La Finlande et la Suède ont demandé leur adhésion à l’OTAN en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mais les offres se sont heurtées à la résistance de la Turquie, qui a été irritée par ce qu’elle dit être le soutien d’Helsinki et de Stockholm aux militants kurdes et les embargos sur les armes à Ankara.
  • Pourquoi est-ce important: Kalin a déclaré que la Turquie et les pays nordiques s’étaient largement mis d’accord sur les questions lors des discussions préliminaires et seraient en meilleure position à Madrid s’ils pouvaient s’entendre sur eux lors des pourparlers de mardi. Plus tôt ce mois-ci, la Turquie a déclaré que les documents qu’elle avait reçus de la Suède et de l’OTAN en réponse aux demandes écrites antérieures qu’elle avait présentées aux deux candidats étaient loin de répondre à ses attentes. Kalin a précédemment déclaré que le sommet de Madrid n’était pas une échéance.

L’Iran dit que l’Arabie saoudite veut reprendre les pourparlers diplomatiques avec Téhéran

L’Arabie saoudite veut reprendre les pourparlers diplomatiques avec Téhéran, a déclaré lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, lors d’une conférence de presse, un jour après que le Premier ministre irakien ait fait pression pour une reprise des pourparlers entre les rivaux régionaux. Le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi était à Téhéran dimanche, un jour après sa visite en Arabie saoudite.

  • Arrière plan: L’Iran et l’Arabie saoudite ont rompu leurs relations en 2016, les deux parties soutenant des alliés menant des guerres par procuration dans toute la région, du Yémen à la Syrie. Le cinquième cycle de pourparlers entre eux a eu lieu en avril, après que l’Iran a suspendu les négociations en mars.
  • Pourquoi est-ce important: La visite de Kadhimi est intervenue alors qu’une impasse de plusieurs mois dans les pourparlers indirects entre Téhéran et Washington devrait rompre dans les prochains jours pour garantir le pacte nucléaire de 2015 qui a freiné le programme nucléaire de Téhéran en échange d’un allégement des sanctions. Lorsque Biden se rendra à Riyad à la mi-juillet, les discussions devraient inclure les préoccupations de sécurité du Golfe concernant les missiles balistiques iraniens.

Autour de la région

Une bande dessinée arabe est devenue le centre d’une nouvelle controverse avec des utilisateurs de médias sociaux indignés dans les États arabes du Golfe, l’accusant de normaliser l’homosexualité chez les enfants.

Le magazine « Majed », publié aux Émirats arabes unis, l’une des plus anciennes bandes dessinées pour enfants de la région du Golfe, avait un personnage aux couleurs de l’arc-en-ciel dans son numéro de mai qui transformait tout ce qu’il touchait en couleurs de l’arc-en-ciel.

La campagne intervient alors que de nombreux habitants de la région s’engagent dans des boycotts d’entreprises étrangères pour leur solidarité avec le mois de la fierté, qui tombe en juin, mais elle se démarque car elle cible une marque régionale qui est un nom familier pour de nombreux enfants.

Certains sur les réseaux sociaux sont même allés jusqu’à suggérer des messages subliminaux dans la bande dessinée. Dans une bulle, le personnage dit : « J’ai la capacité colorer les choses; Ali souhaitera maintenant qu’il puisse être comme moi. » Le terme arabe pour « comme moi » (mithli) a la même orthographe que le terme pour homosexuel (mithliyy), moins un signe diacritique.
D’autres, cependant, ont fait remarquer que certains lisaient trop dans le personnage. « Est-ce désormais un tabou d’utiliser les couleurs d’un arc-en-ciel ? » a tweeté un utilisateur.

L’Office de réglementation des médias des Émirats arabes unis et Abu Dhabi Media Company, l’éditeur du magazine, n’ont pas répondu à la demande de commentaires de CNN.

La campagne intervient alors que des pays comme l’Arabie saoudite et le Koweït sévissent contre les drapeaux arc-en-ciel pendant le mois de la fierté. Ministère du commerce et de l’industrie du Koweït publié un guide sur la façon de faire la distinction entre un arc-en-ciel de fierté et un arc-en-ciel conventionnel et a appelé le public à signaler les vues du drapeau de la fierté. L’Arabie saoudite, quant à elle, a réprimé les jouets et les vêtements aux couleurs de l’arc-en-ciel.
L’homosexualité est illégale dans la plupart des pays du Golfe, y compris les Émirats arabes unis. Le pays a interdit le film d’animation Disney « Lightyear » plus tôt ce mois-ci en raison de sa « violation des normes de contenu médiatique du pays ». L’interdiction découle d’un baiser homosexuel dans le film, bien qu’elle ne soit pas explicitement répertoriée comme raison de l’interdiction.

Par Mohamed Abdelbary

photo du jour

Pourquoi l’OPEP n’a peut-être pas la réponse aux prix élevés du pétrole

Cette histoire a été mise à jour pour corriger le jour de la réunion de l’OPEP à jeudi.




Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.