Près de 150 000 personnes ont changé de nom de famille depuis la simplification de la procédure en juillet 2022

Avant la loi Vignal, il fallait invoquer un « motif légitime » pour changer de nom de famille. Depuis, un simple formulaire en mairie suffit, sans avoir à le justifier.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 1 min

Une personne tient entre ses mains un passeport français, à Montaigu-Vendée (Vendée), le 22 mai 2023. (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS / AFP)

Une approche populaire. La possibilité de changer de nom de famille a été utilisée par près de 150 000 personnes depuis juillet 2022, selon une étude de l’Insee publiée jeudi 25 avril. Depuis deux ans, la loi Vignal a facilité la procédure de changement de nom. Il vous permet de substituer le nom de votre autre parent ou d’ajouter le nom du deuxième parent au premier, sans avoir à vous justifier.

Entre le 1er août 2022 et le 31 décembre 2023, 144 100 personnes ont « a considérablement changé de nom »en ajoutant ou en supprimant un nom ou en remplaçant un nom par un autre, révèle le« L’Institut national de la statistique et des études économiques. C’est trois fois plus que les 44 000 enregistrés entre mars 2021 et juillet 2022, avant l’entrée en vigueur de la loi.

« La loi a répondu à une demande »

Avant juillet 2022, il fallait invoquer un « raison légitime » pour changer votre nom de famille. Par exemple, il peut s’agir d’un nom difficile à porter ou d’un nom de famille en voie de disparition. Depuis, un simple formulaire déposé en mairie suffit, sans avoir à justifier. « Le triplement montre que la loi a répondu à une demande. Les gens attendaient et ont pu exaucer leur souhait.”selon Lionel Espinasse, l’auteur de l’étude.

L’Insee a analysé les données du répertoire national d’identification des personnes physiques, sans pouvoir interroger les personnes sur leurs motivations. L’étude révèle que la démarche a été entreprise par des personnes relativement jeunes : la moitié a entre 18 et 29 ans et un quart entre 30 et 39 ans. Plus de femmes (57 %) que d’hommes ont franchi le pas. Dans les deux tiers des cas, la personne a remplacé le nom d’un parent par celui de l’autre. Quelque 30 700 personnes ont ajouté un deuxième nom au nom initial.