quatorze ans pour enlever les décombres de Gaza, Paris débloque 33 millions d’euros pour l’UNRWA

Au moins trois personnes ont été tuées vendredi 26 avril dans le bombardement d’une maison de la ville de Gaza par des avions israéliens.

La guerre a été déclenchée le 7 octobre 2023 par une attaque sans précédent menée contre Israël par des commandos du Hamas, qui a fait 1 170 morts, principalement des civils, selon un bilan de l’Agence France-Presse établi à partir de données officielles israéliennes. Plus de 250 personnes ont été kidnappées et 129 restent captives à Gaza, dont 34 sont mortes selon les autorités israéliennes.

Le ministère de la Santé de la bande de Gaza, contrôlé par le Hamas, a annoncé vendredi un nouveau bilan de 34.356 morts dans ce territoire depuis le début de la guerre. En vingt-quatre heures, au moins 51 morts supplémentaires ont été enregistrés, selon un communiqué du ministère, qui fait état de 77.368 blessés en plus de 200 jours de guerre.

• Débarrasser la bande de Gaza des décombres et des bombes non explosées pourrait prendre quatorze ans, selon l’ONU

Un responsable des Nations Unies a déclaré qu’il faudrait environ quatorze ans pour nettoyer les nombreux décombres et munitions non explosées laissés par la guerre dévastatrice menée par Israël dans la bande de Gaza, y compris les décombres des bâtiments détruits.

Pehr Lodhammar, haut responsable du Service de lutte antimines des Nations Unies (UNMAS), a déclaré lors d’un point de presse à Genève que la guerre avait laissé environ 37 millions de tonnes de débris dans ce territoire largement urbanisé et densément peuplé. personnes.  » On sait qu’il y a généralement un taux de défaillance d’au moins 10 % des munitions qui sont tirées et qui ne fonctionnent pas. « , a-t-il déclaré. «  Nous parlons de quatorze années de travail avec une centaine de camions. »

Paris confirme le décaissement de 33 millions d’euros pour l’UNRWA

« La France confirme le décaissement de sa contribution annuelle au programme humanitaire de l’UNRWA, qui s’élève à 33 millions d’euros pour l’année 2024 »a déclaré Christophe Lemoine, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, sans préciser la date du décaissement. « Notre soutien à l’UNRWA s’accompagne d’une exigence : celle de la mise en œuvre intégrale des mesures demandées par le rapport d’audit externe indépendant dirigé par Catherine Colonna »ancien ministre français des Affaires étrangères.

La France s’attache « une importance particulière (…) procédures de vérification de la neutralité du personnel et des installations de l’UNRWA, l’interdiction des discours haineux et antisémites dans les manuels scolaires et la réforme des syndicats et de la gestion du personnel »ajouta-t-il encore.

L’UNRWA, qui compte plus de 30 000 employés au service de 5,9 millions de Palestiniens dans la région, est accusée par Israël d’employer « plus de 400 terroristes » dans la bande de Gaza. Et douze personnes ont été accusées par les Israéliens d’être directement impliquées dans l’attentat sans précédent du 7 octobre 2023.

À Sciences Po Paris, la mobilisation pro-palestinienne continue

La mobilisation pro-palestinienne se poursuit vendredi à Sciences Po Paris avec l’occupation et le blocus des locaux par des étudiants dont les revendications font écho aux protestations agitant certains campus américains. Ils ont reçu le soutien de plusieurs personnalités de LFI, dont la militante franco-palestinienne Rima Hassan, candidate sur la liste « insoumise » aux élections européennes. « Ces étudiants portent véritablement l’honneur de la France »a déclaré à la presse Mmoi Hassan, reprenant peu ou prou les propos du leader « insoumis », Jean-Luc Mélenchon, qui a adressé un message audio de soutien aux manifestants.

Mais la tension est montée d’un cran vers 16 heures avec l’arrivée d’une cinquantaine de manifestants pro-israéliens criant notamment « Sciences Po Gratuites » Ou « Libérer Gaza du Hamas ». Certains étaient masqués et portaient des casques de moto. Une bousculade s’est produite entre partisans des deux camps, parmi les nombreux journalistes présents. La police s’est alors positionnée pour séparer les deux groupes sans violence. La direction, qui estime à une soixantaine le nombre d’occupants du bâtiment principal, a décidé de fermer plusieurs locaux sur son campus parisien. Elle « condamne fermement ces actions étudiantes ».

L’application mondiale

Le matin du monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Téléchargez l’application

« Compte tenu des troubles à l’ordre public, le préfet de police de Paris évacue la voie publique »a indiqué la préfecture de police, sans pouvoir donner de précisions pour l’instant sur la temporalité de cette évacuation.

Lire aussi | Manifestation pro-palestinienne à Sciences Po Paris : le préfet de police « évacue la voie publique »

À New York, l’université de Columbia reporte l’évacuation de son campus

Le bureau du président de l’université de New York, où le mouvement de soutien à Gaza a débuté il y a plus d’une semaine, a reporté la date limite fixée à vendredi pour l’évacuation des étudiants pro-palestiniens du campus occupé. pour protester contre la guerre à Gaza. « Les négociations ont progressé et se poursuivent comme prévu »a indiqué le cabinet du président de l’université, Minouche Shafik, dans un communiqué. « Nous avons nos revendications, eux ont les leurs »poursuit la présidence, niant que l’intervention de la police ait été demandée.

« Ils nous traitent de terroristes, ils nous traitent de violents. Mais le seul outil dont nous disposons, ce sont nos voix. »» a déclaré l’un des étudiants présents au rassemblement pro-palestinien.

Plus de 200 manifestants ont été arrêtés mercredi et jeudi dans des universités de Los Angeles, Boston et Austin, au Texas, où quelque 2 000 personnes se sont à nouveau rassemblées jeudi.

Et aussi

Une délégation égyptienne en Israël. Elle vient tenter de relancer les négociations sur une trêve dans la bande de Gaza associée à une libération des otages, alors qu’une offensive israélienne sur Rafah se prépare, selon des médias égyptiens et israéliens.

La CIJ statue mardi dans l’affaire Nicaragua contre Allemagne. Le Nicaragua accuse l’Allemagne d’avoir violé la convention sur le génocide de 1948 en fournissant des armes à Israël pour la guerre à Gaza.

Les États-Unis affirment avoir abattu deux drones. Dans un message publié sur

Le PS réclame la suspension de l’accord d’association UE-Israël. « Vous avez là-bas des enfants qui sont aujourd’hui orphelins, qui sont infirmes, qui ne veulent qu’une chose dans la vie, c’est se venger de ce qu’ils ont souffert »a dénoncé Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste au Sénat public.

Deux dirigeants de la Jamaa Islamiya tués au Liban. Dans un communiqué, la Jamaa Islamiya, la branche libanaise des Frères musulmans, proche du Hamas, a annoncé la mort de Mosab Khalaf et de Bilal Mohamed Khalaf dans une attaque israélienne, survenant dans un contexte de violences entre le puissant Hezbollah libanais pro-iranien et Israël. a gagné en intensité ces derniers jours.

Le Monde avec l’AFP et Reuters

Réutiliser ce contenu