Quatre erreurs que les Oscars n’ont pas commises en 2023 : NPR


Les réalisateurs Daniel Kwan (à gauche) et Daniel Scheinert posent avec leurs trophées du meilleur réalisateur pour Tout partout tout à la fois.

Frederic J. Brown/AFP via Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

Frederic J. Brown/AFP via Getty Images

Quatre erreurs que les Oscars n'ont pas commises en 2023 : NPR

Les réalisateurs Daniel Kwan (à gauche) et Daniel Scheinert posent avec leurs trophées du meilleur réalisateur pour Tout partout tout à la fois.

Frederic J. Brown/AFP via Getty Images

Si vous avez déjà travaillé sur un projet annuel de quelque nature que ce soit – peut-être un événement, peut-être un rapport, peut-être que ce sont les Oscars – vous avez probablement participé à un processus de débriefing, au cours duquel diverses parties prenantes se réunissent pour discuter de ce qui s’est bien passé , ce qui s’est mal passé et ce qui s’est passé vraiment faux. Peut-être, par exemple, que votre gagnant de la meilleure actrice a fait un beau discours, mais que votre gagnant du meilleur acteur est monté sur scène et a giflé un comédien célèbre au visage. Ça arrive.

Ces séances de débriefing sont forcément différentes selon les circonstances, bien sûr. Mais leur forme générale est généralement la même : des points positifs, des points négatifs, des notes pour l’année prochaine, peut-être quelques félicitations pour le travail bien fait. Ce que l’on oublie parfois, c’est un récapitulatif peu sexy mais crucial des erreurs commises. évité. Parce que, comme toute personne impliquée dans un projet annuel depuis de nombreuses années peut vous le dire, les mauvaises idées ont tendance à se réintroduire sournoisement une fois que vous les avez évitées suffisamment longtemps.

Alors considérez ce dernier mot sur les Oscars 2023, qui se sont terminés dimanche soir d’une manière largement exempte d’embarras catastrophique. Je vais laisser de côté les choses évidentes – « Personne n’a été agressé physiquement sur scène », par exemple, ou « Personne n’a annoncé le mauvais gagnant du meilleur film » – en faveur des erreurs qui pourraient être réintroduites un jour, si nous soyons idiots assez pour baisser notre garde collective.

Ils ont remis tous les prix lors de la télédiffusion.

Il est facile d’oublier que, l’année dernière encore, les Oscars ont choisi de décerner plusieurs récompenses dans des segments précédemment enregistrés, dans le but ostensible d’accélérer le spectacle. C’était une idée terrible pour des raisons fondamentales de décence et de visibilité – oui, les gens se soucient réellement de voir les gens remporter des prix pour, par exemple, la cinématographie – tout en faisant bouillir les téléspectateurs à la charge qui a fait la coupe. Cela a également privé la télédiffusion des Oscars d’une force: il est plus difficile pour une émission de prendre du retard lorsque vous revenez constamment à l’activité officielle de distribution de trophées. Il y avait certainement du remplissage dans la télédiffusion de dimanche dernier (ahem, Petite Sirène promo), mais le rythme était sensiblement plus rapide que d’habitude.

Ils ont coupé les petites choses.

Comme Glen Weldon l’a noté à l’époque dans le blog en direct des Oscars de NPR, les Oscars de cette année ont réduit les intros, en particulier en ce qui concerne les clips des 10 films nominés pour la meilleure image. « Considérez: ils présentent les meilleurs nominés de ce soir avec un annonceur hors écran », a écrit Glen. « Au cours des années passées, ce travail a été fait par des présentateurs. Des acteurs qui sortent, font une pause, se livrent à des plaisanteries de présentateur raides, puis présentent les meilleurs nominés pour l’image. Cela semble être un petit ajustement mais ça se rase facilement, quoi, au moins 10 minutes de cette émission ? » Il s’agissait d’un petit ajustement avec un gain légitimement énorme. Imaginez si, à chaque fois que vous conduisez quatre heures, vous deviez vous garer sur le bord de la route à 10 reprises et attendre 60 secondes à chaque fois. Ensuite, imaginez prendre le même trajet sans ces arrêts. La rationalisation du processus de projection des clips ne semblait pas beaucoup le soir des Oscars, mais cela représentait une énorme amélioration cachée de la qualité de vie.

Ils ont montré des clips! Ils ont montré des clips! Ils ont montré des clips!

À l’occasion ces dernières années, les producteurs des Oscars ont tenté de gagner du temps en sautant des extraits des performances nominées – parfois en énumérant simplement des noms, parfois en demandant à un présentateur de parler de la grandeur de chaque nominé. On pourrait penser que les Oscars connaîtraient la valeur de montrer plutôt que de dire, mais cette erreur revient à la surface toutes les quelques années. La diffusion de clips réaffirme la valeur de l’œuvre nominée, donne à un public non familier une idée des films qu’ils pourraient encore vouloir voir et, peut-être le plus pertinent pour les intérêts des Oscars, célèbre la puissance impressionnante des films mieux qu’un million « A Salute Au cinéma! » les montages pourraient jamais.

Ils ont tué les micros du public pendant le segment « In Memoriam ».

Chaque fois qu’un musicien joue une chanson en tant que noms du défilement récemment décédé, vous courez le risque que l’événement se transforme en une séance d’entraînement insipide de l’Applause-O-Meter. Vous pouviez entendre des applaudissements occasionnels cette année – vraisemblablement captés par le micro de Lenny Kravitz – mais c’était facile à manquer. Voici une catastrophe évitable, évitée avec succès !

Naturellement, ces Oscars ont encore commis d’autres erreurs, notamment des utilisations incohérentes de l’orchestre pour faire jouer les gens hors scène et l’insistance de l’Académie à nommer à nouveau une chanson de Diane Warren. Mais cette année ressemblait encore à du progrès.

Cette pièce est apparue pour la première fois dans la newsletter Pop Culture Happy Hour de NPR. Enregistrez-vous pour recevoir le bulletin d’informations pour ne pas manquer le prochain et recevoir des recommandations hebdomadaires sur ce qui nous rend heureux.

Écoutez Pop Culture Happy Hour sur Podcast Apple et Spotify.


Entertainment

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.