Quelles circonscriptions devriez-vous suivre ?

Dans le sondage Ipsos pour Radio France, le RN et ses alliés sont à 36%, le Nouveau Front populaire à 29% et l’actuelle majorité présidentielle à 19,5%. Derrière ces chiffres nationaux, 577 circonscriptions aux configurations différentes, dont certaines seront à l’honneur dimanche soir.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 3 minutes

Affiches des candidats aux élections législatives de 2024 à Auch, dans le Gers le 25 juin. (JEAN-MARC BARRERE / HANS LUCAS / AFP)

Dimanche 30 juin, au soir du premier tour des élections législatives, côté macroniste, 24 circonscriptions seront scrutées : celles où sont candidats des ministres. Gabriel Attal n’a, a priori, pas grand-chose à craindre dans les Hauts-de-Seine. »Son capital reste intact, il prend le temps de discuter et de prendre des selfies« , rapporte un élu. Ses ministres, également candidats dans ce département, dans les Yvelines, ou à Paris ne sont pas les plus en danger : Stéphane Séjourné, Jean-Noël Barrot, Olivia Grégoire, Aurore Bergé, Marie Lebec. Leurs circonscriptions font des envieux. les gens, même si un conseiller n’est pas serein : « Ça va mieux, mais l’accueil n’était pas fou au débutil confie, Les ministres de Macron face à un rejet quasi pavlovien« Dans le Nord, Gérald Darmanin ne semble pas en difficulté, du fait de sa présence historique. »En dehors de cela, beaucoup risquent de mordre la poussière« , s’inquiète un leader de la majorité.

Dimanche soir, il faudra aussi regarder quel sort les électeurs réservent aux potentiels rapatriés. Un ancien Président de la République, un simple député ? C’est ce que tente François Hollande, sous la bannière du Nouveau Front populaire en Corrèze. Un aspirant président espère également revenir au Palais Bourbon, il s’agit de Laurent Wauquiez, candidat LR en Haute-Loire, afin de réintégrer la scène nationale en vue de 2027. L’autre retour potentiel est l’ancien ministre. du budget Jérôme Cahuzac, candidat dans le Lot-et-Garonne après avoir purgé sa peine pour fraude fiscale. Un ancien ministre de l’Ecologie aimerait également reprendre du service, il s’agit de Dominique Voynet, qui est candidat du Nouveau Front populaire dans le Doubs.

A gauche, les circonscriptions des députés sortants qui n’ont pas été réinvesties par LFI seront également particulièrement suivies : Raquel Garrido et Alexis Corbière, élus de Seine-Saint-Denis, ou Danielle Simonnet à Paris. Très critiques à l’égard de Jean-Luc Mélenchon depuis des mois, ils ont face à eux des candidats insoumis, mais ils ont le soutien des autres partis de gauche. Ces « primaires » permettront de jauger si la ligne Mélenchon est la seule possible à LFI.

Côté RN, dimanche, il faudra voir si des candidats sont élus dès le premier tour. Pour cela, vous devez obtenir 50% des voix avec au moins 25% des inscrits. Un dirigeant du RN estime que les sortants pourront être réélus dimanche soir. D’autres sont plus sceptiques, sauf peut-être Marine Le Pen à Hénin-Beaumont. En 2022, faute de participation suffisante, elle a connu un second tour malgré ses près de 54 % au premier. Il faudra aussi regarder si une autre Le Pen se rapprochera de l’Assemblée nationale : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée, parachutée dans la Sarthe, dans l’ancien fief de François Fillon.