Ramos, Ugarte, Kolo Muani… Ces doublures que Luis Enrique maintient sous pression

DÉCRYPTION – La direction de Luis Enrique permet à (presque) tous les joueurs parisiens d’espérer jouer régulièrement au PSG, de rester en forme et en confiance.

« Il n’y a pas de type 11 », insiste Luis Enrique. Evidemment, ce n’est pas tout à fait vrai, sachant qu’un 11 type semble se dessiner pour les matches décisifs de Ligue des Champions et de Coupe de France, avec le trio Mbappé/Dembélé/Barcola devant, Achraf Hakimi et Nuno Mendes sur la défensive. côtés, Marquinhos et Lucas Hernández comme charnière centrale, l’excellent Vitinha comme sentinelle et le tandem Ruiz/Zaïre-Emery comme relais.

Avec « Lucho»cependant, il ne faut rien prédire. « WZE» par exemple débuté sur le banc contre le Barça (2-3), avec Kang-in Lee à sa place, tandis que Marco Asensio a profité des pépins de Bradley Barcola pour débuter en faux 9. Une chose est sûre : ce n’est que parce que le PSG a potentiellement 90 ans. à quelques minutes du titre de champion de France ne veut pas dire que Luis Enrique ne s’appuiera pas sur son banc ce samedi (21 heures), lors de la 31e journée de L1. « Chaque match représente une opportunité pour les joueurs. On m’a récemment rappelé que je change cinq ou six joueurs à chaque match. C’est mieux pour les joueurs que l’entraîneur change régulièrement son 11. Et je ne vais pas changer d’avis. Pourquoi changer?il a expliqué avant ça « match compliqué » face au HAC, 16ème au classement.

En assurant s’appuyer autant sur les performances des uns et des autres que sur la formation, Luis Enrique a en tout cas réussi le tour de force de mettre la plupart de ses joueurs dans la meilleure condition possible. En cas de perte ou de blessure, ou de mauvaise forme également, il a le choix. Un choix qui n’est pas guidé par le montant du transfert des joueurs concernés, cela est clair. Ainsi, les trois recrues les plus chères de l’été dernier se trouvent parmi les doublures. À commencer par Gonçalo Ramos, qui monte en puissance. Trajectoire inversée pour Manuel Ugarte, titulaire au départ… et dont les limites techniques ont été rapidement remarquées par Luis Enrique. 80 M€ pour le premier, 60 pour le second.


Kolo Muani est à un moment où il n’est pas complètement en confiance, il ne réussit pas non plus, mais il travaille beaucoup.

Luis Enrique

Le PSG a également fait sauter sa tirelire pour Randal Kolo Muani, transfert de 95 M€ l’été dernier. L’international français devait a priori se battre pour le poste d’avant-centre avec Ramos. Finalement, « Lucho» a pris une autre direction avec le Barcola, recruté à Lyon pour 50 M€ bonus compris, pour épauler les incontournables Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé.

Contrairement à son rival portugais, Kolo Muani n’a jamais décollé. Ses statistiques ne sont pas déshonorantes (9 buts, 6 passes décisives). Bien loin des standards de sa saison à Francfort (23 buts, 17 passes décisives). A l’image de sa prestation à Lorient (1-4) mercredi dernier, l’ex-Nantais est en crise de confiance. Luis Enrique l’a senti. On l’a vu interagir avec son joueur en fin de match. « C’est important d’être là pour vos joueurs quand ils en ont besoin. Kolo Muani est un joueur de haut niveau, une belle recrue pour le club. Mais il est à un moment où il n’est pas complètement en confiance, il ne réussit pas non plus, mais il travaille beaucoup. Je l’ai encouragé à poursuivre sur cette lancée. (…) Je suis très content de Randal Kolo Muani, de ses performances, de ses statistiques, il peut faire mieux et je suis sûr que lorsqu’il retrouvera cette confiance, ses performances seront encore meilleures. Ça ne fait aucun doute que « RKM» auront l’occasion de se dégourdir les jambes ce samedi, au Parc des Princes.

Skriniar, qui part à la chasse…

Dans les buts, Gigio Donnarumma est le numéro 1 incontournable. Derrière, outre l’absent de longue date Presnel Kimpembe, Luis Enrique n’a que l’embarras du choix. Milan Skriniar s’est blessé au mauvais moment. Titulaire lors de la première partie de saison, il devra batailler pour retrouver ce statut. Danilo Pereira peut encore rendre des services, tandis que Lucas Beraldo, dépassé contre le Barça (2-3), « c’était exceptionnel » depuis son arrivée l’hiver dernier. « Quand je vois sa capacité d’adaptation, ses performances, c’est spectaculaire. C’est une très bonne recrue de la part de la direction sportive et de Luis Campos. Il représente l’avenir du PSG.assure Luis Enrique, indiquant que le Brésilien de 20 ans n’a pas joué à Lorient en raison d’une blessure.

Au milieu, on l’a dit, Ugarte a peu de chances de (re)trouver les faveurs de son entraîneur pour un vrai rôle de titulaire régulier. Question de profil. Mine de rien, Kang-in Lee a déjà disputé une trentaine de matches (4 buts, 3 passes décisives). Une poule aux œufs d’or pour le club et un joueur aussi fiable que polyvalent pour le staff. S’il a raté le match aller contre le Barça, Marco Asensio a montré contre Lyon (4-1) qu’il pouvait aider ici et là.

Au final, il n’y a que deux joueurs qui sont à la traîne dans l’esprit de l’entraîneur espagnol, le milieu offensif Carlos Soler, utilisé comme remplaçant à tous les postes, et Nordi Mukiele, qui n’est même pas la deuxième option au poste d’arrière droit. A gauche, Layvin Kurzawa n’est pas invité. A noter que certains titis poussent, comme Senny Mayulu (17 ans) au milieu et Yoram Zague (17 ans), à droite, ou encore Ethan Mbappé (17 ans), le frère de.


Si on gagne, on sera champion de France. Avoir l’opportunité de le faire devant nos supporters serait parfait, et nous voulons profiter de cette opportunité.

Luis Enrique

En attendant, ce serait un grand symbole pour le Paris Saint-Germain d’être sacré ce samedi avec une équipe mixte. En championnat, presque tout le monde a eu son moment. « Nous abordons la dernière partie de saison dans des conditions très positives. Je n’avais même pas pensé à un scénario aussi positif que celui-là. »jubilatoire Luis Enrique, croyant que son équipe est en « un moment splendide » et je me réjouis de voir ça «Tous les joueurs ont la chance de jouer. Les supporters sont très contents et le club a l’ambition de réaliser quelque chose de différent. C’est une fin de saison très attractive, nous sommes très motivés, nous allons continuer à nous battre pour atteindre tous les objectifs. Le prochain est le titre de champion, le 12e du club. « Si nous gagnons, nous serons championsil résume. Avoir l’opportunité de le faire devant nos supporters serait parfait, et nous voulons profiter de cette opportunité. Poussin?