Skip to content
Ray Scott, créateur du Super Bowl of Bass Fishing, décède à 88 ans


Ray Scott, un promoteur exubérant qui a fait de la pêche au bar un sport professionnel en organisant une série de tournois qui ont trouvé des foyers télévisés sur TNN et ESPN, est décédé le 8 mai à Hayneville, Ala. Il avait 88 ans.

Sa mort, dans un centre de réadaptation, a été confirmée par Jim Kientz, directeur exécutif de Ray Scott Outdoors, une entreprise de conseil.

L’idée d’une excursion de pêche à l’achigan est venue à M. Scott, alors vendeur d’assurances, lorsque la pluie a interrompu une sortie de pêche avec un ami à Jackson, Mississippi, en 1967. Coincé dans sa chambre d’hôtel à regarder des sports à la télévision, il avait un épiphanie : Pourquoi ne pas lancer l’équivalent du PGA Tour pour la pêche au bar ?

Il a organisé son premier tournoi à Beaver Lake, dans l’Arkansas, où 106 pêcheurs ont payé 100 $ chacun pour concourir pendant trois jours pour 5 000 $ en prix. Un deuxième tournoi a suivi cette année-là; en 1968, il a formé une organisation de membres, la Bass Angler Sportsman Society, ou BASS.

En 1971, M. Scott a lancé ce qui est devenu le Super Bowl de la pêche à l’achigan : le Bassmaster Classic, le tournoi de championnat annuel de son organisation, qu’il a associé à une exposition de marchandisage pour les fabricants de bateaux et d’équipements de pêche à l’achigan.

Roland Martin, qui anime une émission de pêche sur la chaîne Sportsman, a commencé à concourir sur le circuit BASS en 1970. Il a déclaré lors d’un entretien téléphonique que M. Scott avait une vision de la pêche à l’achigan que personne d’autre n’avait, une vision qu’il a exprimée à son parents sceptiques à l’époque.

« J’ai dit: » J’ai rencontré ce gars Ray Scott et il parle de toutes les grandes choses qui vont se passer dans la pêche au bar « , a déclaré M. Martin. « Il m’a fait penser qu’il y avait une occupation professionnelle dans la pêche. »

M. Scott était le showman de BASS, la société faîtière des tournois, des magazines et des émissions de télévision. Facilement reconnaissable dans son chapeau de cow-boy et ses vestes à franges, M. Scott a servi de façon mémorable en tant que MC pour les pesées de tournois, divertissant des milliers de fans avec son crépitement exubérant alors que les pêcheurs sortaient les poissons des réservoirs.

« Maintenant, n’est-ce pas un poisson vraiment merveilleux? » a-t-il demandé à une foule de tournois. « Combien d’entre vous veulent voir plus de poissons comme ça ? Allez, écoutons-le pour ce poisson !

Il est entré dans les arènes qui étaient les sites d’exposition du Bassmaster Classic de manière accrocheuse: sur un éléphant, volant sur un fil, éclatant d’un œuf géant, dans un bateau alors que la pyrotechnie le faisait sembler flotter sur un lac de feu .

M. Martin, un pêcheur champion, a déclaré que M. Scott pouvait être sournois en poursuivant les tricheurs de tournois.

« Il prenait un poisson mort et le marquait puis le jetait dans le lac dans l’espoir que quelqu’un trouverait ce poisson et essaierait de le peser », a-t-il déclaré. « Et il surprenait les gars en train de faire ça. »

L’une des initiatives critiques de M. Scott était une campagne de 1972 intitulée « Don’t Kill Your Catch », destinée aux pêcheurs amateurs et à ceux qui participaient aux tournois, au cours de laquelle les participants devaient utiliser des viviers aérés sur leurs bateaux afin qu’ils puissent libérer la basse qu’ils attrapé après les pesées. Il avait vu des pêcheurs à la mouche relâcher leurs prises lors d’un événement à Aspen, dans le Colorado, et pensait pouvoir apporter cette éthique de conservation à la pêche au bar.

« J’ai vu l’excitation que ces hommes avaient de libérer cette petite truite chétive », a déclaré M. Scott dans un épisode de 2008 de « The Bassmasters », une série télévisée qu’il a créée. « Je me demandais ce qu’ils feraient si nous avions des hommes libérant des basses de cinq ou six livres – des gros gars. »

Raymond Wilson Scott Jr. est né le 24 août 1933 à Montgomery, en Alabama. Son père exploitait un groupe de chariots à crème glacée. Sa mère, Mattie Scott, était coiffeuse.

Ray a eu une tendance entrepreneuriale précoce : en troisième année, lorsque sa mère lui a donné des sandwichs supplémentaires pour ajouter du poids à son corps, il les a vendus à ses camarades de classe. Plus tard, il a perçu des factures pour une entreprise laitière locale.

La pêche est devenue une obsession précoce. Il a attrapé son premier poisson à 6 ans; quand il avait 16 ans, il a commencé un club de pêche, facturant une cotisation de 25 cents.

Après avoir étudié au Howard College (aujourd’hui Samford University) à Birmingham, M. Scott a servi dans l’armée américaine en Allemagne de l’Ouest pendant deux ans. Il a ensuite repris ses études à l’Université d’Auburn, où il a obtenu un baccalauréat en administration des affaires en 1959.

Il a vendu des assurances pour Mutual of New York jusqu’en 1964, puis est devenu directeur pour Underwriters National avant de se consacrer à plein temps à la pêche au bar.

Il est également devenu connu pour ses efforts de conservation, qui comprenaient le dépôt d’environ 200 poursuites étatiques et fédérales en 1970 et 1971 contre des entreprises pour pollution qui avaient souillé les eaux de pêche, avant l’adoption de la loi fédérale sur l’eau propre en 1972.

M. Scott a fait pression pour l’adoption en 1984 d’un amendement à la Sports Fish Restoration Act qui a créé un programme de taxe d’accise qui profite financièrement aux agences de pêche des États.

Il a vendu BASS en 1986 à un groupe qui comprenait Helen Sevier, la présidente et directrice générale, qui avait été une puissance dans les coulisses depuis qu’elle avait rejoint l’entreprise en 1970. ESPN, qui avait des tournois télévisés depuis les années 1990 (il a été vu sur TNN avant cela), a acquis la société en 2001. Elle a vendu la société neuf ans plus tard mais a continué à organiser ses événements jusqu’en 2020, lorsque Fox a pris le relais.

M. Scott, qui est resté le visage public de BASS pendant encore une douzaine d’années, s’est également lié d’amitié avec le président George HW Bush. Il a été président de campagne de M. Bush en Alabama lors de sa campagne présidentielle infructueuse en 1980 et a régulièrement accueilli M. Bush sur son lac privé à Pintlala, au sud de Montgomery, où il s’est adonné à son amour de la pêche.

On disait que le magazine préféré de M. Bush était Bassmaster, que BASS publie.

En 2008, M. Scott a approuvé l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee pour la présidence.

Après avoir vendu BASS, M. Scott a lancé deux nouvelles entreprises ; l’un développe des produits semenciers utilisés par les chasseurs pour cultiver du fourrage pour la nutrition des cerfs, et l’autre, qui n’est plus en activité, conçoit des lacs et des étangs de pêche.

En 1995, Field & Stream a nommé M. Scott l’une des 20 personnes qui ont le plus influencé les sports de plein air au 20e siècle. En 2001, il a été intronisé au Bass Fishing Hall of Fame.

Il laisse dans le deuil son épouse, Susan (Chalfant) Scott; sa fille, Jennifer Epperson; ses fils, Ray III, Steven et Wilson; 10 petits-enfants; et trois arrière-petits-enfants. Son mariage avec Eunice (Hiott) Scott a pris fin avec sa mort.

M. Scott a senti même dans les premiers jours de sa tournée de pêche à l’achigan qu’il avait exploité un marché avec un grand potentiel. Mais James Hall, rédacteur en chef de Bassmaster, a déclaré que M. Scott avait réalisé plus qu’il n’aurait pu anticiper, et que son influence n’était pas seulement de faire de la pêche au bar un sport organisé, mais aussi d’accélérer la croissance d’une industrie qui sert les pêcheurs.

Sans M. Scott, a-t-il dit, la chaîne Bass Pro Shops et de nombreux constructeurs de bateaux n’existeraient peut-être pas.

« Ils ont été fondés », a déclaré M. Hall lors d’un entretien téléphonique, « à cause de ce que Ray a fait. »


sports En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.