Skip to content
Réfugiés ukrainiens |  Les Québécois ouvriront leurs portes par centaines

Des centaines de Québécois sont prêts à accueillir chez eux des Ukrainiens fuyant la guerre. Une offre bienvenue puisque près de 900 ressortissants de ce pays sont déjà arrivés au Canada en une semaine.

Posté à 5h00

Réfugiés ukrainiens |  Les Québécois ouvriront leurs portes par centaines

Lila Dussault
La presse

Depuis le 1euh En janvier, alors que la menace russe s’intensifiait aux portes de l’Ukraine, plus de 6 000 ressortissants ukrainiens sont entrés au Canada, selon les dernières données d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Puis, dans la dernière semaine (du 28 février au 6 mars), 876 d’entre eux – dont des résidents permanents – sont arrivés par avion, indique également l’Agence des services frontaliers du Canada.

Les gouvernements fédéral et provinciaux ont annoncé qu’il n’y aurait aucune limite au nombre de réfugiés ou de demandeurs d’asile ukrainiens acceptés au Canada. Des programmes spéciaux aux deux niveaux de gouvernement sont mis en place pour faciliter l’arrivée des Ukrainiens dans le pays. Les IRCC doivent être finalisés d’ici le 17 mars.

Préparez-vous à aider

Le Québec se prépare donc à l’arrivée de familles déchirées par la guerre.

Réfugiés ukrainiens |  Les Québécois ouvriront leurs portes par centaines

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Michael Shwec, président de la section québécoise du Congrès des Ukrainiens Canadiens

Priorité au Congrès des Ukrainiens Canadiens [CUC]c’est vraiment ramasser des biens pour pouvoir avoir quelque chose à donner à ceux qui arrivent sans rien.

Michael Shwec, président de la section québécoise du CUC

Une grande partie de ces marchandises à Montréal sont réceptionnées et triées à la cathédrale orthodoxe ukrainienne Sainte-Sophie, située au coin du 10et Avenue et rue de Bellechasse.

Réfugiés ukrainiens |  Les Québécois ouvriront leurs portes par centaines

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Père Volodymyr Kuchmir, chef de la cathédrale orthodoxe ukrainienne Sainte-Sophie

Nous ne prenons plus de vêtements, car nous en avons assez, mais nous prenons des articles sanitaires, des médicaments et des denrées non périssables.

Père Volodymyr Kuchmir, chef de la cathédrale orthodoxe ukrainienne Sainte-Sophie

Sur sa page web, le CUC a regroupé plusieurs initiatives pour venir en aide aux futurs réfugiés, que ce soit par des dons financiers (une fondation est en cours de création), des dons de biens de première nécessité ou par le bénévolat. « Nous avons besoin d’aide pour la traduction, la garderie, l’hébergement », déclare Michael Shwec. Nous essayons de mettre en place des programmes qui prennent normalement deux ou trois ans à mettre en place. »

Partout en province

L’élan de solidarité se propage bien au-delà de Montréal. « Présentement, les troupes s’organisent, décrit Daniel Côté, maire de Gaspé et président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). L’important sera d’être prêt lorsque les réfugiés ukrainiens arriveront au Québec. »

Quatorze villes qui ont de l’expérience dans l’accueil des réfugiés des zones de conflit ont été ciblées au Québec, dont Montréal, Québec, Trois-Rivières, Laval, Longueuil, Sherbrooke et Gatineau. Les services municipaux, sociaux et communautaires seront utilisés pour aider les nouveaux arrivants.​​

« Nous travaillons actuellement avec notre réseau de partenaires pour orchestrer les initiatives de solidarité qui se multiplient, écrit par courriel Émilie Vézina, relations médias du ministère québécois de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. Plus de détails suivront bientôt. »

D’autres municipalités veulent aussi s’impliquer. À Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie, un bâtiment désaffecté pourrait être rénové pour accueillir des réfugiés de courte durée, cite Daniel Côté en exemple. « Chaque fois qu’on doit reloger des gens, il faut trouver des armes, des services sociaux, mais on arrive toujours à s’organiser », ajoute le président de l’UMQ.

Bienvenue à la maison

Des centaines de Québécois, touchés par les images venues d’outre-Atlantique, sont également prêts à accueillir des familles chez eux. « En termes de bénévoles, nous en avons déjà plus de 1.000, et la majorité est en train d’ouvrir leurs portes », s’étonne Michael Shwec.

« Ici, à Gaspé, on a des gens qui nous disent qu’ils ont de la place dans leur maison pour loger des gens qui, à court terme, ont besoin d’un toit au-dessus de leur tête », souligne aussi Daniel Côté.

Le groupe d’aide Canadiens accueillant des réfugiés ukrainiens compte désormais 6 400 membres sur sa page Facebook et 2 880 personnes sur sa liste, selon Met Alexandre Dufresne. L’avocat est à l’origine de cette initiative qui vise à mettre en contact des citoyens avec des organismes communautaires ou gouvernementaux chargés d’accueillir des réfugiés ukrainiens.

« Les Québécois sont vraiment un peuple chaleureux, observe Michael Shwec. Ils ouvrent leurs cœurs, leurs portefeuilles, leurs maisons. »

Apprendre encore plus

  • 230 000 $
    Montant récolté en une journée grâce à la campagne de financement d’urgence « Save Ukraine »

    SOURCE : Congrès des Ukrainiens Canadiens

    28 250
    Nombre de personnes au Canada dont la langue ukrainienne était parlée le plus souvent à la maison en 2016

    SOURCE : Statistique Canada


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.