Skip to content
Réfugiés ukrainiens |  Les vols financés par les points Aéroplan repoussés à juin

(OTTAWA) Les premiers vols commerciaux offerts gratuitement aux Ukrainiens grâce à une collecte de fonds en points Aéroplan et en argent, annoncés par le gouvernement fédéral il y a près d’un mois, ne seront pas disponibles avant juin.

Publié à 17h38

Émilie Bergeron
La Presse canadienne

Lancée en partenariat avec Air Canada et des organismes de bienfaisance, l’initiative vise à financer le transport aérien d’environ 10 000 personnes qui ont fui l’invasion russe de l’Ukraine.

Au moment de l’annonce le 20 avril, l’organisation logistique Miles4Migrants a déclaré qu’elle s’attendait à ce que les vols commencent dès le mois de mai. L’organisation estime désormais que ce sera le cas quelques semaines plus tard, puisque le coup d’envoi du programme n’est pas prêt d’être donné.

« Nous sommes sur la bonne voie pour lancer le programme début juin, ce qui n’est qu’un très léger retard. […] Nous faisons cela pour nous assurer que le processus en place, au niveau opérationnel, est conçu pour réussir », a déclaré Andy Freedman, cofondateur et membre du conseil d’administration de l’organisation basée aux États-Unis, dans une entrevue avec La Presse canadienne. Uni.

Une fois le programme lancé, Miles4Migrants s’attend à ce que les premiers vols soient disponibles vers la mi-juin.

M. Freedman affirme que les fonds déjà récoltés sont prêts à être utilisés pour réserver des vols, mais l’organisation doit d’abord finaliser les détails de son programme pour apporter un soutien direct aux Ukrainiens avec ses partenaires. Il indique que le travail de coordination en cours avec d’autres organismes à but non lucratif, ainsi qu’avec le gouvernement, doit, par exemple, s’assurer que les personnes qui s’inscrivent sont effectivement éligibles, que les Ukrainiens ont quelqu’un vers qui se tourner si leur vol est annulé et ils reçoivent un soutien adéquat à leur arrivée.

« Nous ne voulons pas démarrer un programme où tous ces éléments ne sont pas en place », déclare Freedman.

Il dit que Miles4Migrants, qui a pour mission d’utiliser les dons de points pour offrir des voyages aériens gratuits aux réfugiés, a travaillé avec des organisations à but non lucratif canadiennes dans le passé et a collaboré aux efforts de réinstallation des Afghans avec le gouvernement américain.

La collection de points Aéroplan lancée en collaboration avec le gouvernement canadien a recueilli plus de 144 millions de points jusqu’à présent, selon une page Web d’Air Canada.

La compagnie aérienne précise que ce total inclut son don de 100 millions de points annoncé le 20 avril. « Le rôle d’Air Canada est celui d’un donateur […]. La mise en œuvre de ce programme, ainsi que toute la logistique qui en découle, relèvent de la responsabilité de Miles4Migrants et du gouvernement », a écrit l’un d’eux dans un e-mail.

Invité à préciser combien de voyages pourraient être financés avec les fonds accumulés jusqu’à présent, selon les estimations, Air Canada n’a pas répondu à cette question.

La Fondation Shapiro, qui fait également partie du partenariat, s’est engagée à égaler les dons de points Aéroplan jusqu’à concurrence de 50 millions de points. Des dons en espèces sont également recueillis par la Fondation juive du Grand Toronto.

Interrogé sur le rôle d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada dans l’initiative menée par Miles4Migrants, le cabinet du ministre responsable de ce ministère, Sean Fraser, répond qu’il s’agit d’aider les ressortissants ukrainiens à réunir sur le terrain la documentation nécessaire. , comme avoir une approbation pour le programme d’autorisation de voyage d’urgence Canada-Ukraine (AVUCU).

L’AVUCU donne accès à la résidence temporaire de trois ans aux Ukrainiens et aux membres de leur famille immédiate et, selon les dernières données publiées par Ottawa, 104 553 personnes ont été approuvées.

Le ministre Fraser, qui n’était pas disponible pour une entrevue cette semaine selon son bureau, a déclaré publiquement à plusieurs reprises que de nombreuses personnes demandent AVUCU sans savoir si elles vont l’utiliser ou rester ailleurs, plus près de l’Ukraine. .

Le bureau du ministre fait valoir que le partenariat avec Miles4Migrants est un « complément » aux vols nolisés offerts par le gouvernement canadien à certains bénéficiaires AVUCU, le qualifiant d’approche « à deux volets ».

Jusqu’à présent, trois vols charters ont été annoncés. Celles-ci, qui doivent avoir lieu les 23 mai, 29 mai et 2 juin, ne permettront à chaque fois qu’environ 300 personnes d’embarquer, selon une porte-parole de l’équipe de M. Fraser.

Le chef adjoint du Nouveau Parti démocratique (NPD), Alexandre Boulerice, considère que la double approche du gouvernement est inefficace et qu’Ottawa devrait annoncer plus de vols nolisés, plus rapidement.

« Déjà, le Canada n’est pas le plus efficace sur le terrain et là on vient de trouver une sorte de solution public-privé où […] il y a encore beaucoup de questions et on n’a pas le temps de se poser ces questions», a-t-il dit dans une interview, précisant qu’il critique les actions du gouvernement et non celles de ceux avec qui il se brouille. partenaire.

Le Bloc québécois a la même demande pour des vols nolisés supplémentaires. Son porte-parole en matière d’immigration, Alexis-Brunelle Duceppe, dit qu’il estime que le gouvernement a tenté de « gagner du temps » en annonçant la collecte de fonds et ne fait « absolument rien » pour alléger le fardeau logistique.

« Ils s’attribuent le mérite d’un programme dans lequel ils n’ont aucun rôle et en plus, ce programme n’est toujours pas en place », a-t-il déclaré.

Dans une déclaration écrite, le porte-parole conservateur en matière d’immigration Jasraj Singh Hallan suggère qu’Ottawa aurait dû anticiper le délai de mise en œuvre du partenariat lors de son annonce. « Lorsque le gouvernement fait des annonces, elles doivent être accompagnées d’actions et de gestes concrets, pas de belles paroles », plaide-t-il.

À cet égard, le cabinet du ministre Fraser soutient que le fait que « parfois les choses prennent plus de temps à s’organiser ne devrait pas empêcher [le gouvernement] être clair avec le public sur le type d’initiatives qu’il entreprend ».

De plus, tant les conservateurs que les bloquistes et les néo-démocrates ont réitéré leur demande de levée de toutes les exigences de visa pour les Ukrainiens.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.