Skip to content
Relations Québec-Ottawa |  Le ministre Pablo Rodriguez se veut rassurant

(Ottawa) Malgré les récents affrontements sur les transferts en santé, l’immigration et le projet de loi 96, qui réforme la Charte de la langue française, les canaux de communication entre Ottawa et Québec restent ouverts et continuent de rapporter des dividendes, insiste le lieutenant politicien de Justin Trudeau à Québec , Pablo Rodríguez.


Pour preuve, de nombreuses ententes ont été conclues au fil des mois entre les deux paliers de gouvernement et d’autres ententes seront éventuellement signées, a indiqué la ministre du Patrimoine en entrevue avec La presse.

« Des livrables, nous en avions. Et ils sont énormes », a déclaré M. Rodriguez, rappelant l’entente de 6 milliards de dollars pour les garderies conclue l’an dernier, l’allocation de 1,8 milliard de dollars pour le logement au Québec, la somme de 460 millions de dollars pour permettre au gouvernement Legault d’accélérer l’accès à la haute vitesse internet dans les régions, et les 600 millions investis dans l’industrie aéronautique.

« Les gens demandent où en est le gouvernement fédéral dans le dossier des demandeurs d’asile passant par Roxham Road. Le Québec a reçu 374 millions de dollars jusqu’à maintenant. Je pourrais y aller tout le temps. Et on a aussi réglé des problèmes locaux qui passent plus inaperçus», a-t-il insisté en donnant l’exemple de l’investissement de 40 millions annoncé en août pour la reconstruction du quai des pêcheurs du port de Cap-aux-Meules.

« Un seul contribuable »

L’ancien premier ministre du Québec, Robert Bourassa, avait une expression pour illustrer les avantages pour le Québec de faire partie de la fédération canadienne : le fédéralisme rentable.

Pablo Rodriguez n’a pas utilisé cette expression lors de notre entretien. Mais il soutient que le Québec en profite grâce aux ententes qui ont été conclues jusqu’à présent. Cependant, il rappelle que les deux gouvernements servent le même contribuable et qu’ils ont l’obligation de coopérer.

« En fin de compte, il n’y a qu’un seul contribuable. C’est la même personne qui paie des impôts à Ottawa et à Québec. Cette personne, que veut-elle ? Elle veut que son argent rapporte le plus possible. Elle veut que les choses fonctionnent entre Ottawa et Québec. C’est ce que nous essayons de faire. C’est la priorité du bureau du lieutenant », a déclaré le ministre.

Quant aux tensions dans des dossiers comme l’avenir de la langue française, M. Rodriguez affirme que le gouvernement Trudeau a le même objectif que le gouvernement Legault, même si les moyens pour y parvenir peuvent différer quelque peu.

« Nous avons le même objectif, celui de renforcer le fait français, celui de permettre à tout francophone qui travaille dans une institution fédérale de s’exprimer dans sa langue. Nous avons des canaux qui peuvent varier. Mais l’objectif est le même, c’est de renforcer le français », a-t-il dit, faisant référence au projet de loi C-13 du gouvernement Trudeau visant à moderniser le Loi sur les langues officielles.

Quant à l’immigration, M. Rodriguez a réaffirmé que le Québec avait tous les outils pour accueillir le nombre d’immigrants qu’il juge approprié et que tous ces immigrants pourraient être francophones s’il le souhaitait.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.