Skip to content
Renaissance du Parti libéral | «Il faut simplifier le message», dit Tanguay

(Lac-Beauport) Marc Tanguay croit que la cuisante défaite subie par le Parti libéral du Québec (PLQ) lors de la dernière élection s’explique en partie par la difficulté à résumer facilement des propositions politiques complexes.


Selon le chef libéral par intérim, qui remplace l’ex-chef Dominique Anglade jusqu’à la fin d’une éventuelle course à la chefferie, le projet « éco » – un développement économique régional basé sur des investissements dans les énergies renouvelables – a été difficile à expliquer aux Québécois.

» [C’est] un projet phare que nous avons proposé lors de la campagne électorale, qui est une vision 2050, à long terme. C’était très difficile de pouvoir le traduire en quelques secondes ou quelques minutes », a-t-il déclaré en marge du caucus présessionnel du parti à Lac-Beauport, au nord de Québec.

Au cours des prochains mois, les libéraux retourneront sur le terrain, en région, pour comprendre pourquoi une majorité d’électeurs les ont boudés aux urnes. L’opposition officielle au Québec compte 19 députés, dont un seul député de l’extérieur du Grand Montréal (André Fortin dans la circonscription de Pontiac, en Outaouais).

« Il faut simplifier le message sur des sujets qui sont très complexes. C’est quelque chose sur lequel je travaille tous les jours », a déclaré Marc Tanguay.

À Québec, les libéraux promettent de poser des questions cet hiver sur les enjeux économiques, la pénurie de main-d’œuvre, la hausse du coût de la vie et l’intégrité des missions essentielles de l’État, comme la santé et l’éducation.

« François Legault dit [qu’il a] un gouvernement de résultats, mais ce n’est pas vrai. François Legault est un gouvernement raté. Quand on voit ce qui se passe en santé, en justice ou en services de garde, ce ne sont pas des résultats qu’on voit. Ce sont des échecs », a déclaré M. Tanguay.

Les yeux rivés sur Saint-Henri–Sainte-Anne

Au cours des prochaines semaines, le Parti libéral annoncera également qui portera les couleurs de l’opposition officielle lors de l’éventuelle élection partielle dans la circonscription de Saint-Henri–Sainte-Anne, à Montréal. Cette circonscription, remportée par les libéraux le 3 octobre, est vacante depuis la démission de l’ancien chef du parti, Dominique Anglade.

« Nous sommes en analyse. Il y a plusieurs candidats en analyse », a déclaré M. Tanguay.

Son principal homologue dans ce partiel, Québec solidaire (QS), a déjà annoncé que l’avocat spécialisé en droit de l’immigration Guillaume Cliche-Rivard portera à nouveau les couleurs du parti de gauche lors de la campagne électorale. Le 3 octobre, M. Cliche-Rivard a obtenu 28 % des suffrages exprimés contre 36 % pour son rival libéral.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.