Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Repêchage LNH : « Je pense que ce sera la pire année de l’histoire du Québec »


Le repêchage de la LNH est à nos portes et il ne faut pas s’attendre à une grosse moisson pour la LHJMQ, préviennent cinq recruteurs sondés par Le journal. « Je pense que ce sera la pire année de l’histoire du Québec au repêchage », avance même l’un d’eux.

• Lisez aussi : Millésime faible : les recruteurs en chef et les directeurs généraux ne sont même pas venus au Québec cette saison

Le mot a couru tout l’hiver dans les différents amphithéâtres du circuit Cecchini. Les scouts ont répété à plusieurs reprises à quel point la cuvée 2023 de la LHJMQ n’était pas une grande cuvée. Si le jeune Ethan Gauthier, récemment échangé du Phoenix de Sherbrooke aux Voltigeurs de Drummondville, Étienne Morin, des Wildcats de Moncton, et Mathieu Cataford, des Mooseheads de Halifax, semblent se démarquer du lot, par la suite, c’est plutôt maigre.

« Je vais au repêchage normalement avec 10 ou 12 noms sur ma liste et cette année j’en ai assez dans une main pour vous dire combien de joueurs j’ai. Il y aura plus de quatre ou cinq joueurs repêchés, c’est sûr, mais je ne suis pas sûr qu’on se rapproche des 20 », confie l’un d’eux.

Depuis 2010, la LHJMQ a toujours oscillé autour du nombre de 20 espoirs repêchés, avec quelques années fortes dans les années 30, comme en 2013 et 2015.

Mais il semble que l’on se dirige davantage vers des années similaires à 2016 et 2017, où 14 joueurs avaient été sélectionnés à chacune de ces deux enchères, soit la pire récolte en 25 ans à cette époque pour le circuit québécois.

En 2017, 27 espoirs ont été classés sur la liste finale de la centrale de dépistage de la LNH, seulement pour que 14 aient entendu leur nom prononcé. Cette année, 33 joueurs de la LHJMQ figurent sur cette liste.

« J’ai été déçu toute l’année »

Mais quand on parle d’une des pires années, ce n’est pas strictement en termes de nombre de joueurs choisis, confirme un autre dépisteur expérimenté à qui nous avons parlé.

« Personnellement, je pense que c’est la cuvée la plus faible que j’ai vue », convient-il. En termes de chiffres, je ne sais pas, mais en termes de joueurs d’impact, ça n’a pas été une bonne année. J’ai été déçu toute l’année. »

Ce dépisteur ajoute même : il ne serait pas surpris qu’aucun joueur de la LHJMQ ne soit sélectionné au premier tour, mercredi soir à Nashville.

« C’est la liste la plus courte que j’ai jamais faite. Je n’ai pas pu en mettre 20 alors que, normalement, je n’avais jamais de liste avec moins de 30 noms. Dans nos réunions, on parlait de plusieurs joueurs, mais souvent, on revenait sur le fait qu’on n’était pas prêt à passer un choix sur lui et qu’on l’inviterait s’il n’était pas repêché.

Un autre recruteur, qui évolue pour une formation de l’Est, tempère un peu.

« Notre liste de joueurs québécois n’est pas énorme, je vous l’accorde. Cependant, je le vois d’une autre manière : tu ne peux avoir que cinq joueurs sur ta liste, il n’en faut qu’un pour devenir un bon joueur de la LNH. Même si vous aviez 102 mecs du Québec sur votre liste, votre boulot est de trouver le bon.

Une explication possible ?

Difficile pour ces trois hockeyeurs de mettre le doigt sur la raison pour laquelle ce millésime 2023 est plus faible que les précédents.

« Pour moi, ce n’est pas alarmant. Je dis souvent que le brouillon est comme le vin. Pourquoi un vin d’une telle région est-il exceptionnel une année, alors que l’année suivante le même vin est très bien ? Pourquoi parfois c’est une grosse année pour la Suède au repêchage et l’autre pour l’Ontario? Le brouillon est cyclique.

« J’entends déjà les commentaires des gens au lendemain du repêchage, ajoute un de ses confrères. Les gens vont vouloir révolutionner le hockey au Québec! C’est une question de cycles. La cuvée de cette année, on croise des joueurs qui n’ont pas joué au midget AAA en raison de la pandémie. On ne peut pas étudier quel impact cela a eu, mais c’est une solution possible.

Pas d’excuses

Pour un autre éclaireur occidental, c’est en partie une question de cycles, concède-t-il. Cependant, la LHJMQ doit se regarder dans le miroir lorsqu’il s’agit de développer ses espoirs et cesser de se cacher derrière les victoires de la ligue au tournoi de la Coupe Memorial.

« Le repêchage et la Coupe Memorial sont deux choses complètement différentes. Nous sommes doués pour établir des liens entre des choses sans rapport. Au Québec, on fonctionne d’une seule façon. En Occident, ils ne font pas de métiers comme nous et respectent un peu plus le jeu. Même chose en Ontario. Nous avons la bonne façon de constituer des équipes championnes, mais cela n’a rien à voir avec le développement des jeunes de 17 ou 18 ans.

JOUEURS LHJMQ SÉLECTIONNÉS DEPUIS 2010

  • 2010 : 22
  • 2011 : 22
  • 2012 : 19
  • 2013 : 31
  • 2014 : 17
  • 2015 : 30
  • 2016 : 14
  • 2017 : 14
  • 2018 : 23
  • 2019 : 18
  • 2020 : 20
  • 2021 : 24
  • 2022 : 19

Les cinq meilleurs espoirs de la LHJMQ

Selon la centrale de dépistage de la LNH

  1. Éthan Gauthier
    Ailier droit – Voltigeurs de Drummondville
    Classement par la Centrale : 14e chez les patineurs nord-américains
  2. Étienne Morin
    Défenseur – Wildcats de Moncton
    Classement par la Centrale : 24e
  3. Matthieu Cataford
    Centre – Mooseheads de Halifax
    Classement par la Centrale : 27e
  4. Tyler Peddle
    Ailier gauche – Drummondville
    Classement par la Centrale : 46e
  5. Matteo Mann
    Défenseur – Chicoutimi
    Classement par la Centrale : 53e



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page